Navigation – Plan du site

Brève histoire de la revue

Cipango a été lancée en janvier 1992 par des enseignants de l’Inalco, alors qu’il n’existait aucune revue en français spécialisée dans le domaine des études japonaises. Ce n’est que quelques mois plus tard, au printemps 1993, qu’Ebisu fut à son tour fondée, à la Maison Franco-Japonaise de Tôkyô, sous l’impulsion de son directeur d’alors, Olivier Ansart. Avec ces deux revues, les chercheurs et notamment les plus jeunes se sont vus offrir des possibilités de publication qui pourraient sembler aujourd’hui à certains aller de soi. Pourtant il n’y a aucune évidence à l’existence de nos revues, dont chaque numéro ne doit sa parution qu’à la conjonction du hasard et de l’entêtement, nonobstant les découragements individuels, la malchance technique et les vents contraires de la haute politique. Le destin de la troisième revue française d’études japonaises, Daruma, 13 numéros entre 1997 et 2003, le montre assez.

L’idée d’une revue d’études japonaises prit forme suite à une journée d’étude particulièrement réussie, qui avait été organisée dans l’amphithéâtre Raymond Aron, au Centre universitaire Dauphine où le département de Langue et Civilisation Japonaises de l’Inalco était alors accueilli, et qui avait pour thème les notions de public et de privé au Japon. L’initiative en revient à l’historien Pierre-François Souyri, alors jeune maître de conférences à l’Inalco, qui venait d’être nommé par ailleurs, à l’automne 1991, secrétaire de rédaction des Annales (Economie, Société, Civilisations). C’est lui qui inventera le titre de la revue, son architecture, ainsi que sa couverture, écriture rouge sur fond blanc, dans une référence évidente au drapeau japonais. Le projet dut affronter la relative indifférence des plus anciens des enseignants (René Sieffert ne démontrera jamais un grand intérêt), mais reçut dès le début le soutien enthousiaste de Jean-Jacques Origas, qui refusera de prendre la responsabilité de la revue, mais signera finalement l’éditorial du premier numéro. Cipango s’appuyait alors sur le tout petit vivier des chercheurs du Centre d’Études Japonaises de l’Inalco, et plus particulièrement de la jeune génération. Le comité de rédaction fondateur, outre Jean-Jacques Origas et Pierre-F. Souyri, comprenait donc, Ninomiya Masayuki, Gérard Martzel, François Macé et Dominique Giroux. Ce dernier apportait sa connaissance des moyens informatiques nouveaux et nécessaires au traitement d’une langue exotique. Car on l’oublie désormais, traiter au sein du même texte du français et du japonais était de l’ordre de l’exploit. Le tandem fonctionna et produisit les cinq premières livraisons. Pascal Griolet rejoignit l’équipe à compter du no 2, Emmanuel Lozerand à compter du no 3.

Dès 1995, et le no 4, la revue voulut s’ouvrir à des personnalités extérieures à l’Inalco, et put ainsi compter sur les collaborations de Patrick Beillevaire (Ehess), Annick Horiuchi (Paris vii), Anne Bayard, alors à Lille, Anne Bouchy (Efeo) ou Éric Seizelet (Cnrs). Ce travail d’ouverture fut poursuivi par Emmanuel Lozerand entre 1997 et 2002 (no 6 à 9). Époque héroïque durant laquelle le secrétaire de rédaction n’hésitait pas à arpenter Paris en tirant un caddie empli de Cipango pour tenter de convaincre les libraires de prendre quelques numéros en dépôt, selon une pratique qu’expérimenta Bourdieu lui-même, dit-on. La formule d’un comité restreint et dynamique fut prolongée sur les quatre numéros que dirigea Emmanuel Lozerand, et culmina avec la publication d’un numéro hors série qui faisait suite à un grand colloque au Sénat consacré aux Mutations de la conscience dans le Japon moderne.

Michael Lucken reprit la revue de 2002 à 2008. Il dirigea avec ténacité la publication de sept numéros, dont un numéro spécial qui fut un best-seller Autour du Genji Monogatari. Le format s’agrandit et les numéros devinrent plus épais, dépassant parfois les 400 pages. Doté, d’un premier comité de parrainage international lors de son quinzième numéro, Cipango, fidèle à l’appel vibrant lancé par Jean-Jacques Origas dans le premier éditorial, n’hésita pas à redire son exigence scientifique et morale : apprendre les langues des pays dont on prétend parler, c’est faire un effort vers l’autre, c’est courber l’échine et se sentir parfois incertain.

La formule qu’inaugure le no 16, avec à la tête de la revue un binôme composé de Jean-Michel Butel et Laurent Nespoulous, affirme l’importance de Cipango dans le cadre français et plus largement francophone des études japonaises : les différents comités désormais en place (scientifique, de lecture et de rédaction) rassemblent des scientifiques issus de pas moins de 18 institutions différentes, réparties sur 9 pays : la France, la Suisse, la Belgique et le Canada pour la francophonie, le Japon bien sûr, mais aussi la Grande-Bretagne, les États-Unis, l’Australie et l’Allemagne. L’examen anonyme des articles et la mobilisation d’experts extérieurs sont instaurés. Les numéros s’organisent autour de dossiers thématiques donnant lieu à des appels à contribution largement diffusés.

L’année 2012 voit la mise en ligne des cinq revues éditées par l’Inalco sur le portail académique Revues.org. Le travail d’Huguette Rigot fut ici décisif. Cipango connaît, grâce à cette nouvelle possibilité de diffusion, de nouvelles exigences et de nouvelles collaborations, au premier rang desquelles l’Université de Genève et le Centre de Recherche sur le Japon de l’EHESS. C’est aussi l’année de la publication du premier numéro de l’édition anglaise de la revue, Cipango – Japanese Studies: English Edition. Celle-ci, uniquement diffusée en ligne, organise autour de dossiers thématiques la traduction d’articles originellement publiés en français. Elle veut ainsi permettre la diffusion de la recherche en français au-delà du cadre de la francophonie.