Navigation – Plan du site
Deux visions de l’au-delà

Deux visions de l’au-delà

Two visions of the after-word

Texte intégral

1Notre parcours s’achève sur deux visions contrastées, celle des ténèbres et celle de la lumière. François Macé, retraçant le traitement de la mort dans ce roman, évoque un monde foncièrement obscur, où les êtres s’acheminent vers la dématérialisation, dont l’ultime phase est symbolisée par la fumée du bûcher funèbre (http://cipango.revues.org/​609).

2Jean-Noël Robert s’intéresse, pour sa part, aux passages qui font allusion au Sūtra du lotus dans le chapitre Jeune grémil (Wakamurasaki 若紫). Il nous présente des scènes lumineuses, où se mêlent la grâce des beautés de la nature et celle des splendeurs des visions bouddhiques. Ce faisant, il montre clairement qu’une conscience bouddhique est à l’œuvre au fondement de ce texte (http://cipango.revues.org/​610).

3Par quelle vision doit-on terminer ce parcours ? L’ultime description qui clôt ce roman présente une scène où se répondent ténèbres et lumière, telle qu’elle est observée par une jeune femme devenue nonne après une tentative de suicide manquée.

  • 1 Traduction René Sieffert (Le Dit du Genji, tome 2, POF, 1988, p. 671).

« À Ono, face à la montagne couverte d’une verdure épaisse et dense, sans rien qui pût distraire son esprit sinon le vol des lucioles au-dessus des eaux vives qui lui rappelaient d’autres temps, la jeune femme était plongée dans ses habituelles songeries, quand, de dessous l’auvent d’où le regard portait au loin jusqu’au fond de la vallée, elle aperçut une foule d’avant-coureurs qui ouvraient le chemin avec précaution, portant des torches qui répandaient une vive lumière...1 »

4Les lumières se répandent dans les ténèbres, mais elles vacillent (lucioles), ou s’éloignent (torches). Le jeu du clair-obscur se poursuit jusqu’à la fin du roman. N’est-ce pas là l’ultime preuve que la tension née des deux visions opposées et présentées dans ces articles constitue bien la dynamique créatrice de cette œuvre monumentale ?

Haut de page

Notes

1 Traduction René Sieffert (Le Dit du Genji, tome 2, POF, 1988, p. 671).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Deux visions de l’au-delà », Cipango [En ligne], Hors-série | 2008, mis en ligne le 24 février 2012, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://cipango.revues.org/802

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page