Navigation – Plan du site

2011 : Le Japon et le fait colonial

La recherche historique, en France, tant sur la colonisation elle-même que sur la décolonisation a, depuis une quinzaine d’années, connu un essor particulièrement fort. L’année 2007 aura ainsi été marquée par la parution de deux grands dictionnaires de référence (Dictionnaire de la colonisation française et Dictionnaire de la France coloniale). Les discours sur l’époque coloniale ont, par ailleurs, largement envahi l’espace public, et le passé colonial constitue un enjeu et un matériau actuel dans la forge des discours identitaires de la société française présente et des anciens territoires colonisés.

Le Japon est, quant à lui, le premier empire à perdre, intégralement et brutalement, ses colonies, en 1945. Il est également le premier État d’après-guerre à connaître tant la rhétorique des temps « post-coloniaux », qu’à fournir une très riche historiographie sur la colonisation.

Bientôt 115 ans après l’annexion de Taïwan (1895) et 100 ans après celle de la Corée (1910), Cipango – Cahiers d’études japonaises, souhaiterait pouvoir apporter sa contribution à l’éclairage des temps coloniaux.

Dans sa livraison de 2008, Cipango proposait un article de synthèse qui permettait de replacer le Japon dans le champ global des colonisations connues en France et en Europe, et évoquait également la question de la mémoire coloniale. Deux enjeux semblent plus particulièrement réclamer l’attention désormais.

Il s’agit, d’une part, d’offrir un éclairage complémentaire, pluridisciplinaire, de ces temps coloniaux, non exclusivement inscrit dans le cadre de la recherche « historienne », politique ou économique. Un éclairage qui ne serait pas seulement sur la « colonisation », mais sur le « fait colonial » japonais, que l’on pourrait penser au travers de la littérature, du cinéma, du folklore, de l’urbanisme… Il nous semble que ce serait là une manière de donner la parole à une variété d’expressions dont il n’est d’habitude pas systématiquement fait état, et d’ouvrir le contenu de cette histoire encore proche à l’ensemble des champs d’études sur l’Asie de l’Est. Sur ce volet éclairant le fait colonial sous des angles variés de la vie, tant dans les colonies que dans la métropole, on ne fixera aucune limite aux thèmes susceptibles d’être proposés, et accueillera volontiers des contributions dépassant du cadre strict de l’Empire japonais. Le but est de rapporter des phénomènes culturels, sociaux, religieux ou économiques qui ne sont pas automatiquement des constructions coloniales, mais sont induits par ce nouvel univers, voire sont des preuves d’adaptation à son endroit.

Est pressenti le souci, d’autre part, et cet enjeu est, cette fois-ci, immédiat, de ne pas laisser passer sans réagir les 100 ans de l’annexion de la Corée, pour lesquels des événements de tout genre (tant scientifiques que davantage politiques) ne manqueront pas au cours de l’année 2010. Sur ce volet plus particulier de l’annexion de la Corée par le Japon, le 22 août 1910, et de son centenaire en 2010, Cipango souhaite revenir à la fois sur des questions centrales soulevées par cette colonisation (le débat sur la légalité de l’annexion, ou la question de la préméditation), tout en se penchant sur des aspects plus concrets de la colonisation (urbanisme et histoire de la Séoul coloniale par exemple). On souhaiterait pouvoir également aborder dans ce cadre des questions politiques, juridiques ou culturelles.

Les chercheurs de tout domaine qui souhaiteraient soumettre un manuscrit, en français, à la revue Cipango, cahiers d’études japonaises sont invités à le faire avant le 30 avril 2010. L’évaluation des articles sera réalisée avant le 15 juin 2010, la version finale des manuscrits devant être soumise à la revue avant le 10 septembre 2010.

Contact : cipango[at]cej.fr