Navigation – Plan du site

Hors-série | 2008
Autour du Genji monogatari

Sous la direction de Sumie Terada

Entre 2004 et 2008, le Centre d'Études Japonaises de l'Inalco a organisé quatre journées d’études autour du grand roman japonais du XIe siècle, le Genji Monogatari : la première, centrée sur les questions littéraires, la seconde consacrée à l’époque qui a vu la naissance du Roman du Genji, la troisième autour de la peinture, la calligraphie et la musique, et la quatrième, organisée avec l’Université Rikkyō, sur le thème de la réception de ce roman. Lors de chacune de ces rencontres, plutôt que d’aborder l’œuvre d’une manière frontale, nous avons cherché à en faire un catalyseur entre nos champs de recherche respectifs.

Les articles que nous présentons ici sont des échos des deux premières journées. Le versant littéraire s’organise d’abord selon une perspective diachronique et retrace le cheminement qui conduit à l’écriture de ce roman, puis sa réception – adaptation et utilisation – dans les époques ultérieures. Plusieurs des contributions présentées ici s’appuient sur des analyses du chapitre Suma, auquel nous avions choisi de nous attacher plus particulièrement. Les articles issus de la seconde journée « L’époque du Genji monogatari » s’ordonnent, en revanche, de manière synchronique. Les historiens et les spécialistes de la pensée se sont penchés sur les principaux thèmes qui constituent la toile de fond de l’époque où vivait cette romancière.

Nous y ajoutons une traduction du 1er chapitre du Roman du GenjiKiritsubo (Le clos du Paulownia), fruit d’un long travail collectif. L'équipe constituée de chercheurs du Cej (Inalco) et du Greja (Université Paris 7) a eu pour premier souci de créer un lieu consacré au plaisir de lire, qu’évoque si bien cette « lectrice du Genji », l’auteur des Mémoires de Sarashina :

Ce Genji…, je le lis maintenant livre après livre, en partant du premier, sans personne pour m’en distraire, étendue à l’intérieur de mes rideaux, plus heureuse qu’une impératrice ! Le jour jusqu’à la tombée de la nuit, la nuit tant que je reste éveillée, près de ma lampe, je ne fais plus rien que lire…