Navigation – Plan du site

2016 : L’eugénisme dans le Japon moderne et contemporain

Souvent qualifié de vestige de l’influence nazie, l’eugénisme fit l’objet de peu d’études académiques au Japon, en dehors d’un cercle restreint de sociologues (Ichinokawa Yasutaka, Katô Shûichi, Tateiwa Shin.ya), ou d’historiens (Fujino Yutaka), dont notamment les historiens des sciences (Yonemoto Shôhei, Matsubara Yôko). L’événement politico-juridique majeur que constitua la suppression en 1996 du mot yûsei (eugénisme) du paysage législatif semble avoir peu intéressé le monde académique et social, voire même juridique, une inertie qui intrigue, comparée aux débats passionnels et tendus des années 1920, et du consensus politico-social des années 1950 et 1960.

Dans le numéro 24 de Cipango, nous souhaitons mettre la lumière sur cette idéologie, qui connut une mutation importante depuis son introduction politique sous l’ère Taishô, et son renforcement après la Seconde Guerre mondiale, dans une optique de reconstruction d’un Etat civilisé, puis social. Le niveau d’éducation, la composition physique, l’état génétique, l’environnement social et familial… tant de critères qui, portés aussi par une logique raciale, permirent à l’eugénisme de se renforcer après 1945 via le planning familial, la stérilisation et l’éducation. Différents cercles, académiques, politiques, professionnels ou civils, furent porteurs du message, avec un degré d’implication varié. À la source se trouvent les généticiens, les gynécologues-obstétriciens, les médecins, les psychiatres, ou les juristes. Pourtant, d’autres corps professionnels jouent un rôle central dans la mise en pratique de cette idéologie : réformateurs sociaux, éducateurs, sages-femmes… Le discours s’exprime aussi dans des œuvres littéraires, cinématographiques, théâtrales, entre autres, qui représentent un puissant mode de canalisation, de sensibilisation, ou de contestation. Enfin, la dimension lexicale ne peut être sous-estimée, la montée en puissance des droits de l’homme venant censurer et marginaliser ces discours dès les années 1970.

Dans le numéro 24, nous souhaitons particulièrement mettre la lumière sur les modes de construction, d’expression et de contestation de cette idéologie à travers :

  • la scientifisation des connaissances et des pratiques pseudo-eugéniques et eugénistes dans le Japon pré-moderne, moderne et contemporain ;

  • la formation catégorielle d’individus sous une logique eugéniste et les contestations ;

  • la place qu’occupent les corps professionnels, partagés, en tant qu’experts de leur domaine, entre un impératif scientifique et une logique d’action politique ;

  • la circulation transnationale et ses acteurs financiers, institutionnels et académiques ;

  • la diffusion, la reconstruction et la contestation dans les œuvres littéraires, cinématographiques, théâtrales, et leur réception ;

  • l’analyse lexicale des termes associés à l’eugénisme, et le processus de censure à partir des années 1970 ;

  • la survivance de l’eugénisme au xxie siècle, sous la forme d’une dichotomie entre un champ hautement technicisé (assistance médicale à la procréation, diagnostic prénatal) et la sphère sociale (éducation, mariage).

L’appel à contribution est ouvert à l’ensemble des chercheurs japonologues, de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. Les chercheurs qui souhaiteraient soumettre un manuscrit à la revue Cipango, cahiers d’études japonaises, sont invités à le faire avant le 15 mai 2016. Une évaluation sera ensuite réalisée avant le 26 juin 2016, la version finale des manuscrits devant être soumise à la revue pour le 30 septembre 2016. La publication est prévue à la fin de l’année 2016.

Les personnes qui souhaitent obtenir des informations supplémentaires peuvent contacter Isabelle Konuma (isabelle.konuma@inalco.fr).