Navigation – Plan du site

2015 : Le charbon japonais : circulation globale et communautés locales

L’idée selon laquelle le Japon serait un pays privé de ressources naturelles circule. Aujourd’hui, l’archipel est en effet obligé d’importer son pétrole, mais jusqu’à ce que son industrie se tourne progressivement vers cette industrie fossile et le nucléaire à partir de la fin des années 1950, il bénéficiait d’une importante industrie minière d’extraction de la houille. Le charbon a même une très longue histoire au Japon. Jusqu’au xixe siècle, son utilisation principale était de type domestique, comme combustible de chauffage pour les maisons, mais il fut aussi utilisé pour la production de sel dans les régions côtières. Après la restauration de Meiji en 1868, des réserves importantes furent découvertes et développées à un rythme rapide pour fournir l’énergie nécessaire à l’émergence d’une nation moderne et industrialisée. À l’époque du pic de production qui suivit la Seconde Guerre mondiale, il y avait environ 900 mines de charbon au Japon, plus de la moitié se trouvant dans le Kyūshū, mais aussi réparties dans les principaux bassins miniers de Hokkaidō, de Jōban et d’Ube.

Le dossier que souhaite publier la revue Cipango, cahiers d’études japonaises, s’inscrit dans un champ de recherche où l’industrie houillère constitue un objet d’étude central pour les historiens des échanges commerciaux, de l’industrialisation ou du travail, mais aussi pour les sociologues, les anthropologues et les économistes qui étudient les processus de reconversions industrielles et leurs effets sur les communautés locales. Le charbon engage le chercheur en sciences humaines et sociales dans une perspective large, transnationale, ayant été, à partir du xixe siècle, un des vecteurs les plus importants de la mondialisation des échanges et de la circulation des savoirs techniques, mais aussi médicaux, par le biais, par exemple, de l’épidémie de silicose. Mais l’extraction du charbon a, dans le même temps, forgé de nombreuses communautés locales qui ont animé de nombreux mouvements sociaux et ont développé des identités sociales et culturelles très fortes et originales. Ces dernières, qui ont pu s’exprimer dans les domaines de la peinture, de la littérature, du théâtre et du chant sont aujourd’hui parfois reconnues comme patrimoine de l’humanité. Ainsi, la collection de peintures et journaux annotés de Yamamoto Sakubei, qui fournit un témoignage personnel du travail et de la vie quotidienne dans les mines de charbon de la région de Chikuhō dans le Kyūshū, a été inscrite en 2011 au Registre Mémoire du monde par l’UNESCO.

L’appel à contribution est ouvert à l’ensemble des chercheurs japonologues, de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales qui traitent de l’industrie du charbon, ou de ses manifestations sociales et culturelles, comme un objet à la fois global et local.

Les chercheurs qui souhaiteraient soumettre un manuscrit à la revue Cipango, cahiers d’études japonaises, sont invités à le faire avant le 10 mai 2015. Une évaluation sera ensuite réalisée avant le 21 juin 2015, la version finale des manuscrits devant être soumise à la revue pour le 30 septembre 2015. La publication est prévue à la fin de l’année 2015.

Les personnes qui souhaitent obtenir des informations supplémentaires peuvent contacter Bernard Thomann (thomann[at]inalco.fr).