Navigation – Plan du site
Quelques éléments de la vie à l’époque du Genji

Le costume de Heian 

Entre la ligne douce et la silhouette rigide
The Heian Dress: between soft line and stiff silhouette
Verschuer Charlotte von
p. 227-270

Résumés

À l’époque de Heian, vêtements et accessoires sont le reflet de la hiérarchie sociale et font l’objet de règles précises (selon le rang, l’âge, la saison…), jusque dans la vie quotidienne.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1À l’époque de Heian, le protocole jouait un rôle central dans la vie de cour du Japon où les cérémonies, correctement exécutées, constituaient la base du « gouvernement par les rites » selon la conception chinoise de tradition confucéenne. Le vêtement faisait l’objet de règles précises relatives à la combinaison des tenues et des tissus, ainsi qu’aux couleurs et aux motifs. Non seulement dans le rituel des cérémonies et des procédures administratives nenjūgyōji, mais aussi lors de réunions extraordinaires, comme les concours de poésie, et dans la vie quotidienne, l’habit devait être adapté à la circonstance, à la saison, à l’âge, au rang et au rôle de la personne : il était le reflet de la hiérarchie sociale. Une certaine liberté dans le choix des vêtements était toutefois laissée aux individus ; chacun devait trouver un subtil équilibre entre l’observation des règles de l’étiquette et son inspiration personnelle. Les nobles de la cour impériale cherchaient à se distinguer par le goût et l’élégance de leur vêture et à montrer leur raffinement dans l’alliance des tissus et l’harmonie des couleurs.

  • 1 Voir tous ces titres dans Joan Piggott et al. (éd.), Dictionnaire des sources du Japon classique, P (...)

2Dans cet article, nous présentons quelques aspects du protocole vestimentaire de l’aristocratie de Heian du temps du Genji monogatari. Dans une seconde partie, nous examinerons l’évolution du costume souple nae sōzoku 萎装束 vers le costume rigide kowa sōzoku 強装束. Nos recherches sont fondées sur les traités du protocole de la cour de Heian, tels que le Saikyūki 西宮記 (Notes de l’avenue Ōmiya de l’ouest), dues à Minamoto no Takaakira 源高明 (914-982), et sur les traités relatifs au vêtement, en particulier : le Masasuke shōzokushō 満佐須計装束抄 (Notes de Masasuke sur le mobilier et les costumes), œuvre de Minamoto no Masasuke ( ?- ?), fonctionnaire moyen du milieu du XIIe siècle, le Jomuchi hishō 助無知秘抄 (Aide-mémoire pour les choses mal connues), dû à Taira no Norikuni (XIe siècle) ou à un autre Taira du XIe ou du XIIe siècle, et le Kazarishō 餝抄 (Extraits relatifs aux costumes et aux ornements), une encyclopédie du protocole de la cour, écrite entre 1235 et 1238 par Nakanoin (Tsuchimikado) Michikata (1189-1238). Le protocole concernant l’habillement a fait l’objet d’études dès le Moyen Âge. Ensuite, on a produit des compilations savantes à l’époque d’Edo (1600-1868), en particulier le Shōzoku shūsei 装束集成 (Compilation relative au costume), rédigé au XVIIIe siècle par un érudit anonyme qui devait faire partie de l’entourage des Takakura, une famille de l’aristocratie réputée pour son savoir en matière de règles vestimentaires1. Enfin, l’encyclopédie Kojiruien (Jardin des choses anciennes), élaborée de 1879 à 1914 par une commission de savants, dont Wada Hidematsu (1865-1937), sous l’égide du ministère de l’Éducation du gouvernement de Meiji, comporte un volume sur « Le vêtement » (Fukushokubu) qui recense les sources concernant le costume du VIIIe au XIXe siècle.

  • 2 Je remercie Estelle Bauer, Francine Hérail, Marie Maurin, Takeda Sachiko, Terada Sumie, Tsuda Daisu (...)
  • 3 Francine Hérail, Notes journalières de Fujiwara no Michinaga, Traduction du Midō kanpakuki, 3 vols. (...)
  • 4 Je me fonde pour cela sur l’ouvrage de Françoise Piponnier et Perrine Mane, Se vêtir au Moyen Âge, (...)
  • 5 Iwasa Miyoko, « Ishō no byōhō - sono yakuwari to kōka », Genji monogatari rokkō, Tōkyō, Iwanami sho (...)

3Je me propose de présenter les costumes à partir des sources ci-dessus nommées, et à travers les travaux d’auteurs qui ont consacré particulièrement leur attention au Roman du Genji, à savoir Ishino Keiko et al., Heian jidai no yōgi, fukushoku (Le vêtement à l’époque de Heian : protocole et accessoires, 1994), et Akiyama Ken et al., Genji monogatari zuten (Dictionnaire illustré du Roman du Genji, 1997). Ces auteurs font référence aux travaux de Suzuki Keizō2, mais leurs avis sont parfois divergents (rappelons qu’il subsiste dans l’histoire du vêtement des aspects qui n’ont pu encore être élucidés). Je citerai, pour étayer mon propos, des extraits de textes qui illustrent le protocole vestimentaire tirés des notes journalières de Fujiwara no Michinaga (966-1027) traduites par Francine Hérail3. Pour les termes techniques anciens, j’adopterai les lectures du Kogo daijiten (Dictionnaire de la langue classique) des éditions Shōgakukan. En français, j’ai choisi le terme « manteau » pour les vêtements de dessus ; « tunique » et « robe » pour les autres vêtements ; « costume », « tenue » ou « habit » pour les ensembles4. Les planches de cet article serviront de référence pour les types de costumes, mais ne montrent pas nécessairement la forme précise de chaque vêtement à l’époque de la rédaction du Genji, c’est-à-dire au début du XIe siècle. Pour une analyse statistique des mentions du vêtement dans le Roman du Genji, on consultera l’article sur « La description des costumes » d’Iwasa Miyoko5.

Le costume masculin

4Au début du XIe siècle, le costume masculin comportait trois catégories. 1) Le costume cérémoniel raifuku 礼服 était limité à la cérémonie d’intronisation (sokui 即位), à la « grande gustation des prémices » (daijōsai 大嘗祭) et au jour du Nouvel An. 2) Les costumes de service à la cour comprenaient le « grand costume de cour » (sokutai), le « costume semi-formel » (hōko) et le « costume semi-formel allégé » (ikan) ou « costume de garde » (tonoiginu). 3) Les tenues informelles étaient composées de « l’habit informel » (nōshi) et de « l’habit de chasse » (kariginu). Le costume masculin était réglementé par un protocole strict destiné à indiquer le grade de chaque personne, protocole qui limitait les choix personnels. Seules les tenues informelles laissaient une certaine marge pour les goûts de chacun.

Le grand costume de cour ou sokutai 束帯

5Ce terme signifie « costume avec ceinture ». Appelé aussi « le costume » on-yosoi 御装 en abrégé, c’était la tenue de travail la plus usitée, portée à la cour pour participer aux cérémonies, aux procédures administratives et à toute tâche officielle, collective ou individuelle, sauf exception, et surtout en présence de l’empereur.

Sokutai 束帯 : grand costume de cour

Sokutai 束帯 : grand costume de cour

2 (hōeki) ou uenokinu 袍 ou uwagi 表衣 : manteau
4. shitagasane 下襲 : tunique à traîne
6. ue no hakama 表袴 : pantalon de dessus
7. kanmuri /kōburi 冠 : coiffe avec ruban
8. sekitai no uwate 石帯 : ceinture
9. shaku 笏 : insigne de dignité
11. shitōzu 下沓 ou 襪 : chaussettes

D’après le Ban dainagon emaki (c. 1170)

6À propos de cet usage, Fujiwara no Michinaga écrit, le 21e jour de la 5e lune de l’année 1013 :

  • 6 Hérail, op.cit., vol. 2, p. 765.

Je suis chez le prince héritier. Début des lectures saisonnières de sūtra du palais. Quoique je sois au palais, je ne suis pas en grand costume [sokutai] (et donc je n’assiste pas à la lecture). Le grand maître de la Maison du prince héritier [Fujiwara no Tadanobu, 970-1035] s’occupe de cette cérémonie6.

7Le grand costume de cour était la tenue habituelle de Michinaga lorsqu’il se rendait à la résidence impériale. Ce costume se composait des pièces suivantes (il s’agit là du costume complet en usage à partir de la deuxième moitié du XIe siècle).

Le manteau ou uenokinu 袍 ou uwagi 表衣

  • 7 Ritsuryō, art. « Ifukuryō » 4 et 5, coll. « Nihon shisō taikei », tome 3, Tōkyō, Iwanami shoten, 19 (...)
  • 8 Ishino Keiko, op.cit., p. 215, 220.

8Ce manteau était coupé comme un kimono à l’exception de son col officier. Le manteau des fonctionnaires civils comportait un faux ourlet (ran 襴), sorte de large bande de tissu rapportée dans le bas du vêtement. Le manteau était cousu sur les côtés (hōeki 縫腋), tandis que celui des fonctionnaires militaires était fendu (ketteki ou wakiake 闕腋) des deux côtés sous les manches jusqu’en bas et ne comportait pas de faux ourlet. Les fonctionnaires militaires de haut rang pouvaient toutefois se mettre à la mode des civils dans certaines circonstances. Les couleurs ont varié avec le temps. À l'époque de l’empereur Ichijō (r. 986-1011), le manteau était brun-noir (tsurubami 橡) pour les nobles des quatre premiers rangs, rouge vif (ake/hi 緋) pour ceux du cinquième rang et vert (midori 緑) pour ceux du sixième rang. Les couleurs avaient été davantage hiérarchisées dans le Taihō ritsuryō (Code administratif et pénal de l’ère Taihō) établi et présenté officiellement à l’empereur en 701. Les couleurs instituées par le code étaient le violet soutenu (fukaki murasaki 深紫) pour le premier rang, le violet pâle (asaki murasaki 浅紫) pour les deuxième et troisième, le rouge vif soutenu (fukaki ake/hi) pour le quatrième, le rouge vif pâle (asaki ake/hi) pour le cinquième, le vert soutenu pour le sixième, le vert pâle pour le septième, le bleu soutenu (fukaki hanada 縹) pour le huitième et le bleu pâle pour le dernier rang7. Mais, au début du XIe siècle, les couleurs étaient les mêmes pour les quatre premiers rangs ce qui conduisait à gommer la distinction entre les hauts dignitaires (du premier au troisième rang) et les fonctionnaires moyens (des quatrième et cinquième rangs). Cette confusion de la couleur aurait suscité le désarroi de Fujiwara no Sanesuke (957-1046) dès les années 990. Elle serait due, selon Ishino8, à la similitude des coloris produits par la teinture du chêne-charbon (tsurubami ou Quercus acutissima Carruth.) et du grémil du Japon (murasaki ou Lithospermum erythrorhizon Sieb. et Zucc.). Quoi qu’il en soit, lors de sa visite chez l’empereur retiré Suzaku-in, le prince Genji portait un manteau rouge (aka 赤) et les hommes de sa suite des tenues bleu-vert (ao 青) (chap. Otome, La jouvencelle).

La tunique à basque ou hanpi 半臂

9C’était une tunique à col croisé et à petites manches larges, avec une basque, c’est-à-dire une pièce rapportée à la taille qui couvre les hanches. Cette tunique était portée principalement en été ; on pouvait en dégager un bras dans les moments de détente lorsqu’il faisait chaud.

Hanpi 半臂 : tunique à basque

Hanpi 半臂 : tunique à basque

D'après Akiyama Ken, Genji monogatari zuten, pp. 82-87

La tunique à traîne ou shitagasane 下襲, 下重

  • 9 Ishimura Teikichi, Yūsoku kojitsu, Kōdansha gakujutsu bunko, 1986, 1996, tome 2, pp. 43, 44.

10Cette tunique à col officier se portait sous la tunique à basque et était pourvue d’un pan très long qui traînait au sol. La couleur était choisie en fonction de l’occasion, mais le blanc semble avoir prévalu lors des célébrations courantes. La longueur de la traîne reflétait le rang du personnage et était soumise à des règles somptuaires. En 947, la partie de la traîne qui dépassait le bas du manteau fut limitée à un pied et cinq pouces (45 cm) pour les princes impériaux, à un pied (30 cm) pour les ministres, à huit pouces (24 cm) pour les conseillers (nagon), et à six pouces (18 cm) pour les auditeurs (sangi). Mais les dignitaires avaient tendance à porter de très longues traînes, notamment à l’époque d’Ichijō (r. 986-1011). Selon un décret émis en 1070, la traîne des ministres mesurait sept pieds (2,10 m), celle des conseillers, six pieds (1,80 m), celle des auditeurs, cinq pieds (1,50 m), et celle des fonctionnaires des quatrième et cinquième rangs, quatre pieds (1,20 m)9.

Shitagasane 下襲 : tunique à traîne

Shitagasane 下襲 : tunique à traîne

D'après Akiyama Ken, Genji monogatari zuten, pp. 82-87

La veste de dessous ou akome

  • 10 Ishimura Teikichi, op. cit., p. 51 (Voir aussi Ishimura Teikichi, Genji monogatari yūsoku no kenkyū(...)
  • 11 Kaoru est officiellement le fils du Genji, mais, en réalité, il est l’enfant d’un adultère.
  • 12 Genji monogatari emaki, coll. « Nihon no emaki », tome 1, p. 30. Plus bas, nous continuons à citer (...)

11C’était une veste, taillée comme un kimono, avec un col croisé. Signifiant « vêtement intermédiaire » (aikome 間込), elle était portée entre la tunique à traîne et la tunique intérieure, soit à l’intérieur soit au-dessus du pantalon. D’après Ishimura Teikichi, cette veste pouvait être abandonnée en été, c’est-à-dire du début du quatrième mois à la fin du neuvième mois (mai à octobre)10. En hiver, on pouvait, au contraire, superposer plusieurs vestes de dessous. Elles étaient normalement (selon les traités du protocole) de couleur rouge carthame (kurenai 紅), ou blanches pour les personnes âgées. Le Genji monogatari emaki (Rouleau enluminé du Genji), dans la première section du chapitre Yadorigi (Sarments de vigne vierge), montre l’empereur en vestes de dessous superposées, jouant au Go avec Kaoru11, le bras droit sorti des vêtements12. La veste de dessous était aussi l’une des tenues des jeunes garçons. Ceux-ci n’avaient pas de tenue qui leur fut propre ; ils étaient habillés d’une veste de dessous ou de diverses sortes de tuniques sur un pantalon. La « vêture du pantalon » (hakamagi) donnait lieu à une cérémonie célébrée entre l’âge de trois et sept ans.

La tunique intérieure ou hitoe

12Cette tunique, portée sous la veste de dessous, descendait plus bas que les genoux. Elle n’était pas doublée (comme son nom l’indique) et de couleur rouge carthame ou blanche, c’est pourquoi elle est parfois appelée le « vêtement blanc », shiroki onzo 白き御衣, shiroki koromo 白き衣, ou « sergé blanc » (shiroki aya 白き綾).

Hitoe 単 : tunique intérieure

Hitoe 単 : tunique intérieure

D'après Akiyama Ken, Genji monogatari zuten, pp. 82-87

Le pantalon de dessus, ue no hakama 表袴/上袴

13Ce pantalon était noué à la taille avec un cordon ; selon les différentes sources, il était porté, soit sous la tunique intérieure, soit au-dessus de la veste de dessous akome. Le pantalon était, semble-t-il, normalement en soie blanche, ce qui correspond aux prescriptions du Code administratif et pénal de l’ère Taihō de 701, mais, à partir du XIe siècle, la littérature – l’Eiga monogatari (Chronique de la splendeur [des Fujiwara]) entre autres –, mentionne des pantalons de couleurs diverses.

14Fujiwara no Michinaga évoque le pantalon à maintes reprises. À l'occasion de la fête de Kamo, il note, en date du 24e jour de la 4e lune, 1010 :

  • 13 Hérail, op.cit., vol. 2, p. 397.

(Fête de Kamo - jour chômé, départ du messager ce jour. Pour l’empereur, spectacle du cortège des hommes et des femmes à cheval - il doit voir les musiciens au palais.) Fujiwara no Norimichi [996-1075] joue le rôle de messager de la garde du corps. Il part du pavillon de l’ouest. Les pantalons de quelques-uns ne sont pas conformes aux précédents. Je donne des vêtements au messager et à sa suite. Après qu’ils ont pris place, de chez l’impératrice [Fujiwara no Shōshi, 988-1074] il reçoit les (ou un) pantalon(s) apportés par le directeur de l’office des Chevaux de droite [Fujiwara no] Suketada no ason [ ?- ?]. Sur place, on fait changer de pantalon à Tokikuni [personnage non identifié, sans doute un subalterne de l’escorte]13.

15Ce passage montre que l’on s’attachait avec rigueur au protocole du pantalon.

La culotte ou ōkuchi (bakama) 大口(袴)

16Nouée à la taille, cette culotte en soie rouge était assez ample et descendait en dessous des genoux, avec de « grandes ouvertures » (ōkuchi) pour les jambes.

Les accessoires

La coiffe ou kanmuri (kōburi) 冠 :

17La coiffe comportait un couvre-chef avec une saillie (koji 巾子) noirs et, à l’arrière, un ruban plat, ei 纓, en gaze, de deux pieds (60 cm) pour les fonctionnaires des cinq premiers rangs, remplacé par deux cordons pour les fonctionnaires de grade inférieur. Le prince Genji porte, après la mort d’Aoi no ue, sa première épouse, une coiffe avec son ruban plat enroulé, ken-ei 巻纓 (chap.Aoi, Les mauves), mais l’iconographie montre aussi des coiffes à double rubans plats courts. La coiffe était obligatoire pour les tenues formelles et se distingue du bonnet eboshi 烏帽子qui accompagne l’habit informel.

Kanmuri /kōburi 冠

Kanmuri /kōburi 冠

Coiffe avec ruban plat enroulé ken-ei, ruban plat tombant sui-ei, ruban plat dressé ryū-ei ou cordelettes sai-ei.

La ceinture ou sekitai 石帯

18Elle était en cuir laqué noir avec appliques en pierres taillées, c’est-à-dire en jade pour les hauts dignitaires des trois premiers rangs et en agate pour les fonctionnaires moyens des quatrième et cinquième rangs. Après une audience de Nouvel An, le Genji fut honoré par le ministre de gauche d’une ceinture ornée de jade, événement qui marqua la récente promotion du prince au troisième rang (chap. Momiji no ga, La fête aux feuilles d’automne).

Sekitai 石帯 : ceinture

Sekitai 石帯 : ceinture

D'après Akiyama Ken, Genji monogatari zuten, pp. 82-87

L’étui au décor de poisson ou gyotai 魚袋

  • 14 Ishimura Teikichi, Yūsoku kojitsu, op.cit., 1996, p. 56.

19Lors des grandes cérémonies, comme le banquet du Nouvel An (naien 内宴), les dignitaires portaient l’« étui au décor de poisson », servant à marquer leur rang. Anciennement en forme de poisson en cuir laqué noir ou rouge, cet étui a pris, à un moment indéterminé, la forme d’une boîte rectangulaire d’une vingtaine de centimètres de long. Cette boîte était couverte de peau de requin blanche et décorée de six poissons à l’avant, trois poissons sur les côtés et d’un poisson à l’arrière, les poissons étant dorés pour les dignitaires des trois premiers rangs, argentés pour les fonctionnaires des quatrième et cinquième rangs14. Cet étui, qui ne contenait rien, était attaché à la ceinture entre la première et la deuxième applique en pierre.

Gyotai 魚袋 : étui à décor de poisson

Gyotai 魚袋 : étui à décor de poisson

D’après le Rekisei fukushokukō (c. 1900)

Le sabre d’apparat ou kazatachi, kazaritachi 飾太刀 ou tachi 太刀

20Les fonctionnaires civils, qui en avaient reçu le privilège par autorisation impériale, pouvaient se rendre au palais, ceints du sabre d’apparat (avec poignée en cuir de requin et fourreau orné de laque d’or et de nacre), ou bien du sabre fin (hosotachi 細太刀) au décor plus simple. Le sabre était attaché à une ceinture en soie à motifs brodés (hirao 平緒) dont les rubans décoraient l’avant du manteau.

L’insigne de dignité ou shaku

21Les fonctionnaires tenaient l’insigne de dignité verticalement, à la main droite. C’était une planchette en bois blanc, anciennement en ivoire, d’une trentaine de centimètres de long. À l'occasion, on collait sur le côté intérieur un papier avec des indications protocolaires pour une cérémonie.

L’éventail en lamelles de cyprès ou hiōgi 檜扇

22À partir du milieu de l’époque de Heian, cet éventail, placé dans le repli du manteau, au-dessus de la ceinture faisait partie du grand costume de cour ; il était en bois blanc, mais l’empereur et le prince héritier portaient un éventail en cyprès de couleur rouge bordeaux, teint au sappan (suō 蘇芳, Caesalpinia sappan L.), un bois exotique importé au Japon.

Le papier du repli ou futokoro-gami/kaishi 懐紙 ou tatami-gami, tatō-gami 畳紙

  • 15 Kogo daijiten, entrée « tatau-gami ».

23On pouvait écrire un message sur ce papier qui servait aussi de mouchoir. Deux à trois feuilles, pliées en deux horizontalement et en trois verticalement, étaient placées dans le repli du manteau, avec l’éventail15.

Les chaussettes ou shitōzu 下沓 ou 襪

24Ces chaussettes en soie, qui étaient vraisemblablement de couleur blanche, étaient réservées au grand costume de cour. Cependant, les fonctionnaires âgés ou malades pouvaient, s’ils en avaient reçu le privilège par autorisation impériale, les porter, même avec le costume semi-formel allégé ou l’habit informel. Les chaussettes servaient aussi de chaussons, dans les résidences.

Les chaussures kutsu

25La forme la plus courante, pour le grand costume de cour et le costume semi-formel allégé, était la paire de « chaussures plates » (asagutsu 浅沓), une sorte de sabots en bois laqué noir.

Le costume semi-formel ou hōko 布袴

26Il comportait, comme le grand costume de cour, le manteau avec la ceinture, la tunique à traîne shitagasane, les autres tuniques et la veste de dessous ; mais le pantalon de dessus et la culotte étaient remplacés par le pantalon bouffant (sashinuki 指貫) et le pantalon intérieur (shitabakama 下袴). Le pantalon bouffant était très ample, noué à la cheville, mais au XIe siècle sa longueur était devenue telle que, traînant par terre, les hommes marchaient en le piétinant ; il se portait sans chaussettes. Les couleurs et le décor des tissus de ce costume étaient choisis en fonction du rang et de l’âge de la personne. Il se portait, comme le grand costume de cour, avec la coiffe et l’insigne de dignité et servait lors des cérémonies annuelles, des procédures administratives, des pèlerinages et des rites d’exorcisme se déroulant en l’absence de l’empereur.

Sashinuki 指貫 : pantalon bouffant

Sashinuki 指貫 : pantalon bouffant

Shitabakama 下袴 : pantalon intérieur

Shitabakama 下袴 : pantalon intérieur

Le costume semi-formel allégé ou ikan 衣冠

27Le nom de ce costume signifiait « manteau et coiffe ». Il était appelé aussi « costume de service de nuit » (tonoiginu 宿直衣 ou shukue 宿衣), parce qu’il servait, entre autres, pour le service de nuit des fonctionnaires dans un bureau du palais intérieur dairi, c’est-à-dire la résidence impériale située dans le palais daidairi. Cette tenue était allégée par rapport au costume semi-formel dans la mesure où elle était dépourvue de la tunique à traîne de type shitagasane ; et le manteau () était fermé par un bandeau de soie au lieu de la ceinture en cuir. Mais ce costume se portait avec la coiffe et était assorti, en hiver, de l’insigne de dignité ou d’un éventail en lamelles de cyprès hiōgi, et, en été, d’un éventail « chauve-souris » (kawabori-ōgi 蝙蝠扇) en papier plié en accordéon, monté sur des lamelles en bois. Le costume semi-formel allégé servait, semble-t-il, pour les déplacements, les visites officielles et diverses affaires des fonctionnaires au palais, mais n’était pas admis en présence de l’empereur, sauf en cas d’urgence (incendie par exemple).

Ikan 衣 : costume semi formel allégé

Ikan 衣 : costume semi formel allégé

3. sashinuki 指貫 : pantalon bouffant
7., uenokinu 袍 : manteau
8. asagutsu 浅沓 : chaussures plates
D’après le Nenjūgyōji emaki (après 1156)

28Même le ministre Fujiwara no Michinaga évitait d’apparaître devant l’empereur dans cette tenue. Il écrit dans son journal à la date du 16e jour de la 8e lune, 1006 :

  • 16 Hérail, op. cit., vol. 2, p. 70.

Environ quatre heures de l’après-midi, tandis que je me rends au palais, le chef à la Chancellerie privée, général en second de la garde du corps, section de droite [Fujiwara no Sanenari, 975-1044], vient dire que l’empereur va paraître, qu’il a reçu dans la journée mission de m’en faire la communication et n’a pas encore transmis son message ; il demande si je peux venir prendre place au palais (en présence de l’empereur). Alors que je n’étais pas au courant et me rendais justement au palais en costume [semi-formel] allégé [tonoiginu], je me demande que faire. Je me fais porter un costume de cérémonie [ou grand costume de cour sokutai]16.

L’habit (et le manteau) informels ou nōshi 直衣

  • 17 Ishimura Teikichi, op. cit., p. 75, et Suzuki Keizō, 2003, op. cit., p. 80.

29L’étymologie de ce terme est mal connue, il pourrait s’agir soit d’une contraction de tonoi no kinu 宿直衣, « costume de service de nuit », soit du terme signifiant « vêtement ordinaire », tada no kinu 直の衣17. L’habit informel se portait, chez soi ou ailleurs, dans un cadre privé. Il comportait le manteau (nōshi), coupé comme le manteau du grand costume de cour, mais légèrement plus petit, et de couleur non soumise au protocole des rangs. Cette tenue se distingue par ailleurs du costume semi-formel allégé ikan par les accessoires : l’insigne de dignité était remplacé par l’éventail et la coiffe par le bonnet eboshi 烏帽子.

Kanmuri-nōshi 冠直衣 : habit informel assorti de la coiffe formelle

Kanmuri-nōshi 冠直衣 : habit informel assorti de la coiffe formelle

3. sashinuki 指貫 : pantalon bouffant
5. kanmuri-nōshi 冠直衣 : habit informel assorti de la coiffe formelle
11. kawabori-ōgi 蝙蝠扇 : éventail « chauve-souris » en papier plié en accordéon
12. kanmuri/kōburi 冠 : coiffe formelle
D’après le Shigisan engi (vers 1155 à 1180)

30Dans le Roman du Genji, le prince Genji se trouve fréquemment en habit informel ou même en « tenue à robe de dessous » (uchiki sugata 袿姿), une forme allégée du nōshi, sans pantalon bouffant, mais avec un pantalon long (nagabakama 長袴) au lieu du pantalon intérieur (shitabakama). On ne sait pas si la robe de dessous uchiki correspond à la veste de dessous akome, mais l’une et l’autre caractérisent la tenue informelle des hommes, de même que les vêtements de même nom, la robe de dessous uchiki et la veste de dessous akome distinguent l’habit informel des femmes.

Akome 衵 : veste de dessous

Akome 衵 : veste de dessous

D’après le Genji monogatari emaki (vers 1130 à 1140)

31L’habit informel laissait une plus grande liberté dans le choix des couleurs. Lors des sorties ou de la fête annuelle des prémices (niinamesai), une coquetterie consistait à mettre en évidence la couleur de la « robe de dessous très longue qui dépassait sous le manteau » idashi uchiki いだし袿. À titre exceptionnel, les hauts dignitaires pouvaient, s’ils en avaient reçu le privilège par autorisation impériale, se rendre au palais intérieur (sauf en présence de l’empereur) en « habit informel assorti de la coiffe » (kanmuri-noshi 冠直衣). L’application de ce privilège a varié selon les règnes. On était par exemple beaucoup plus sévère à l’époque d’Ichijō (r. 986-1011) que, plus tard, sous le règne de Horikawa (r. 1086-1107). Même Fujiwara no Michinaga a parfois évité de porter l’habit informel lorsqu’il se rendait à la salle d’en haut (tenjō no ma 殿上間), dans la résidence impériale. Toutefois, le Rouleau enluminé du Genji (Yadorigi, section 1) montre Kaoru, en habit informel avec sa coiffe, jouant au Go avec l’empereur, cette intimité étant due, vraisemblablement, au lien de parenté qui liait les deux personnages. De même, on pouvait semble-t-il, dans certaines circonstances, se rendre au palais en tenue informelle, en ajoutant la tunique à traîne nōshi shitagasane 直衣下襲 ; c’est dans cette tenue que Yūgiri, le fils du Genji, joue de la flûte lorsque son père rend visite à l’empereur retiré Reizei-in. Ce dernier porte « l’habit informel avec un manteau long » (ohiki noshi 御引直衣), comme le montre le Rouleau enluminé du Genji (chap. Suzumushi, Le grillon-grelot, section 2). Le ohiki nōshi était l’habit quotidien de l’empereur qu’il associait parfois avec un pantalon long nagabakama de couleur rouge carthame.

L’habit (et la veste) de chasse ou kariginu 狩衣

  • 18 Les dictionnaires Kogo daijiten et Nihon kokugo daijiten donnent des explications divergentes de ko (...)

32Kariginu désigne à la fois le complet et la veste à pan arrière qui se portait à la chasse aux faucons, veste appelée aussi « vêtement en chanvre » (hoi 布衣) parce qu’elle était, à l’origine, faite en tissu de chanvre. L’habit de chasse était la tenue informelle quotidienne des nobles de Heian, portée lors des activités de plein air ou chez eux, les jours sans obligations officielles, à l’instar du costume d’équitation de la noblesse en Europe. La veste était faite d’un lé de soie, et non de deux lés comme le manteau ; les manches n’étaient attachées au buste qu’au niveau des épaules et étaient pourvues de cordelettes d’attache ; elles laissaient apparaître les tuniques portées sous la veste et permettaient d’exhiber des tissus somptueux avec des décors raffinés. Cet habit était assorti du bonnet eboshi et ne comportait aucun accessoire de dignité. L’habit de chasse aurait eu, entre autres, la faveur des courtisans (tenjōbito) et des gouverneurs de province (zuryō). C’est aussi l’habit des suivants, ceints du « sabre simple » (nodachi 野太刀), sans ornement, et la tenue des porteurs de palanquin dans les cortèges, lors des pèlerinages et autres déplacements. Cette tenue représentait, en ce sens, la simplicité (yatsure) d’un vêtement de subalterne. L’iconographie illustre les cortèges et les rassemblements avec des suivants, pieds nus, le pan de la veste de chasse en saillie sur le dos (oshi-ori 押折) et fourré dans la ceinture du pantalon bouffant sashinuki ou du « pantalon de chasse », le karibakama 狩袴. Celui-ci était fait de six lés de tissus, à la différence du sashinuki avec ses huit lés. Le « petit pantalon bouffant » (kobakama 小袴) serait un autre nom du sashinuki ou du karibakama18.

Kariginu 狩衣 : habit de chasse

Kariginu 狩衣 : habit de chasse

2. kariginu 狩衣 : habit de chasse
8. asagutsu 浅沓 : chaussures plates
9. eboshi 烏帽子 : bonnet

10. nodachi 野太刀 : sabre simple
13. oshi-ori 押折 : pan de la veste faisant saillie dans le dos
14. kobakama 小袴 : petit pantalon bouffant
D’après le Ban dainagon emaki (c. 1170)

33Fujiwara no Michinaga écrit au sujet du cortège de Kamo, le 24e jour de la 4e lune, 1010 :

  • 19 Le manteau uchikake était, à cette époque, un vêtement des gardes en forme de chasuble ; dans cet a (...)
  • 20 Hérail, op. cit., vol. 2, p. 398.

Tout ce qui sert au cortège du messager est d’extraordinaire qualité, tout est neuf. En particulier, les hommes qui mènent les chevaux portent des vêtements chinés brun et vert (aoshiro tsurubami), des pantalons rouges (carthame kurenai) et, aux pieds, ils ont des sandales et des chaussettes. Les pages sont en vêtements de style vêtements de tous les jours [ou habits de chasse, kariginu, fermés par des lacets, en tissu fin double de couleur bleue, avec des vestes de dessous (akome) à motifs surtissés de couleur rougeâtre [ou rouge bordeaux suō, teint au sappan], des pantalons à motifs surtissés verts, manteaux de dessus (uchikake 打掛)19 rouges et pantalons doublés, aux pieds des chaussures. Soixante subalternes, dont les quatre chefs, sont en vêtements blancs ; six hommes sont en vêtement du genre appelé « vêtement de chasse » kariginu et pantalons rouges aka, vestes de dessous de couleur mauve usu-iro ; six en vert ao et vestes de dessous jaunes yamabuki ; six en prune kōbai, veste de dessous vertes ; six en couleur feuille tendre wakaba-iro vestes de dessous rouges (garance akanezome) ; six en jaune, vestes de dessous rougeâtres ; six en bleu ai, vestes de dessous rouges ; pour les autres, je ne note pas le détail. Tout est superbe, cependant adapté à la circonstance : une célébration des divinités20.

  • 21 Voir plus haut, le paragraphe sur « Le manteau ». Pour les teintures, voir Ch. von Verschuer, Le Ri (...)

34Ce passage illustre l’usage de l’habit de chasse et de la veste de dessous lors des cortèges. On y voit aussi une forte présence de la couleur rouge. Les tons rouges étaient désignés soit par les noms des teintures, soit par les termes neutres « rouge » aka et « rouge vif » ake, qui qualifiaient des tons issus de compositions complexes, comme la garance associée au grémil (murasaki)21.

Le costume féminin

  • 22 Francine Hérail, La Cour et l’administration du Japon à l’époque de Heian, Paris, Ecole Pratique de (...)

35Le statut des femmes était déterminé par la naissance et le mariage. Les femmes de très haute naissance pouvaient entrer au palais comme épouse impériale, devenir épouse principale d’un haut dignitaire ou, sinon, devenir nonne. Les épouses des hauts dignitaires menaient leur vie confinées dans leur résidence et entourées d’un nombreux personnel. Elles échangeaient des nouvelles avec l’extérieur par l’intermédiaire de messagers et avaient rarement l’occasion de quitter leur maison, sauf par exemple pour admirer un cortège depuis leur voiture fermée ou pour faire une visite dans un temple. Les femmes de moyenne noblesse passaient, elles aussi, leur vie à la maison, à moins qu’elles n’aient occupé une place parmi les dames au service des épouses impériales ou des princesses, ou qu’elles n’aient quitté la capitale pour suivre leur époux, gouverneur dans une province. Les seules personnes qui participaient, dans une modeste mesure, à la vie publique, étaient les femmes du service intérieur du palais (naishi dokoro 内侍所). Dotées de rangs et de traitements, elles assistaient l’empereur dans sa vie quotidienne : elles avaient ainsi l’occasion d’assumer de menues tâches lors des cérémonies et de côtoyer le monde des fonctionnaires22. La garde-robe féminine était donc, en général, moins exposée au public que celle des hommes. Mais elle n’était pas moins scrutée pour sa conformité à l’étiquette et pour le goût de sa composition, dans le cadre de la vie collective des maisons impériales et des autres résidences aristocratiques.

  • 23 Prononciation du Masasuke shōzokushō, xiie siècle, coll. « Gunsho ruijū », tome 8 (112, Shōzokubu), (...)

36Le costume féminin se compose de trois catégories. 1] Le « costume formel des femmes », nyōbō no sōzoku (mot ancien)23 ou nyōbō shōzoku (mot moderne), était la tenue d’apparat la plus somptueuse, appelée communément depuis l’époque d’Edo « les douze tuniques », jūni hitoe, ce terme datant du Heike monogatari (Le Dit des Heike, Nagato-bon, XVIe siècle). 2) Les costumes semi-formels comprenaient le « manteau court », ko-uchiki, et le « manteau long », hosonaga. 3) L’habit informel était représenté par la tenue à « robe de dessous », uchiki sugata, la tenue « tunique et pantalon », hitoe-bakama, et celle à « veste de dessous », akome. 4) Il faut ajouter à cela la « robe de jeune fille », kazami. Chacun de ces costumes était constitué par un ensemble de vêtements réglementé. Les différentes tenues reflétaient le statut des femmes et variaient selon l’occasion, la saison et l’âge de la personne.

Le costume formel des femmes ou nyōbō no sōzoku 女房装束

  • 24 Heian jidaishi jiten, p. 1870.

37Le costume formel était à l’origine le vêtement quotidien des épouses impériales et des dames du palais jusqu’aux « dames du cinquième rang » (myōbu 命婦) lorsqu’elles étaient en service à la cour, mais il devint bientôt (à un moment indéterminé) l’habit quotidien des épouses des hauts dignitaires lorsqu’elles étaient chez elles, de leurs dames de compagnie, ainsi que des femmes au service d’un Grand24. Par ailleurs, les danseuses (maibito ou maihime) des danses Gosechi 五節, qui se produisaient lors de la fête annuelle des prémices en automne, portaient également le costume formel. Dans les sources, on trouve les appellations nyōbō no sōzoku ou fujin, onna ou nyōgo 女御 no sōzoku. Ce costume féminin jouait en outre un autre rôle, celui d’objet de gratification, distribué par les hauts dignitaires. Fujiwara no Michinaga en fait un usage fréquent. Il distribue des costumes masculins et féminins, par ensembles complets ou par pièces, comme par exemple des robes de dessous uchiki. Les bénéficiaires étaient presque toujours des hommes. Ils sont si nombreux et les distributions si fréquentes, que l’on peut se demander si cet usage ne contribuait pas, dans la pratique, à habiller l’entourage des bénéficiaires. Mais les maisons des dignitaires employaient aussi des couturières. De plus, les vêtements servaient occasionnellement de moyen d’échange. Le costume formel féminin comprenait les éléments suivants, tous superposés.

Nyōbō no sōzoku 女房装束 : costume formel féminin d’après le Satake-bon Sanjūrokkasen-e (début du xiiie siècle)

Nyōbō no sōzoku 女房装束 : costume formel féminin d’après le Satake-bon Sanjūrokkasen-e (début du xiiie siècle)

2. karaginu 唐衣 / 背子 : veste (courte)
3. mo 裳 : traîne
4. uwagi 表着/上着/表衣 : robe de dessus
5. hiōgi 檜扇 : éventail en lamelles de cyprès
6. hitoe 単 : tunique intérieure

La veste ou karaginu 唐衣 / 背子

38La veste était le vêtement de dessus. On pourrait l’appeler « veste courte », car, à l’avant, elle ne couvrait le buste que jusqu’à la taille et à l’arrière, elle s’arrêtait même plus haut que celle-ci, tandis que ses larges manches descendaient jusqu’à la taille. Appelée parfois « veste chinoise » (du pays de Kara 唐, la Chine), elle ne rappelle cependant en rien le style chinois et est, au contraire, coupée comme un kimono japonais. Les dictionnaires Wamyō ruijushō (Xe siècle) et Iroha jiruishō (XIIe siècle) écrivent karaginu 背子, et le Wamyō ruijushō explique ceci :

  • 25 Wamyō-ruijushō, xe siècle, Tōkyō, Kazama shobō, 1957, chap. 12, p. 20. Voir karaginu dans Iroha jir (...)

Le Benshoku rissei [dictionnaire japonais du VIIIe siècle, non conservé] dit 背子 : prononciation japonaise karakinu. Ce vêtement a la forme d’une tunique à basque hanpi, dépourvue de la basque qui couvre les hanches, mais pourvue d’une doublure...25 .

De son côté, dame Sei Shōnagon (966- ?) pose la question :

  • 26 André Beaujard, Notes de chevet, Paris, Gallimard, 1966 ; d’après Makura no sōshi, n° 134, coll. «  (...)

Pourquoi le nom du « manteau chinois » karaginu ? Il faudrait le nommer « manteau court » mijikaginu. Il est vrai, toutefois, que si on lui a donné le nom par lequel on le désigne d’ordinaire, c’est qu’il était porté par les habitants de la Chine26.

Karaginu 唐衣 / 背子 : veste (courte) – Devant et derrière

Karaginu 唐衣 / 背子 : veste (courte) – Devant et derrière

D'après Suzuki Keizō, Yūshoku kojitsu zuten, pp. 126-139

  • 27 Masasuke shōzokushō, op. cit., pp. 25, 27, 86.
  • 28 Nihon kokugo daijiten, vol. 5, p. 185.

39Or, au XIIe siècle, le Masasuke shōzokushō emploie les deux graphies 唐衣 et 背子27. La philologie de l’époque d’Edo, c’est-à-dire les encyclopédies Tōga (1717) d’Arai Hakuseki (1657-1725) et Wakun no shiori (1830-1862) de Tanikawa Kotosuga (1709-1776) donnent à karaginu le sens de « veste d’origine chinoise [kara] », tandis que les dictionnaires Daigenkai (1932-1937) et Fude no mitama (1930-1952) donnent à karaginu le sens de « veste courte » qui ne couvre que le buste ou « le tronc » kara 幹 du corps28.

La traîne ou mo

  • 29 Hérail, Notes journalières, op. cit., vol. 1, p. 183.
  • 30 Suzuki Keizō, 2003, op. cit., p. 139.

40La traîne était portée sur la veste et nouée sous la poitrine avec des rubans. La veste et la traîne formaient les pièces maîtresses de la parure du costume formel. Pour les jeunes filles, la « vêture de la traîne », mogi 裳着, marquait le passage à l’âge adulte et précédait le mariage. Par exemple en 999, Fujiwara no Michinaga, ayant hâte de faire de sa fille, Shōshi (988-1074), une impératrice, la déclara adulte à l’âge de douze ans. La cérémonie consistait à nouer les rubans de la traîne et à relever les cheveux de la jeune fille. Puis Michinaga réceptionna les cadeaux au nom de sa fille et offrit un banquet aux hauts dignitaires, auquel la jeune fille n’assistait pas29. La forme de la traîne est mal connue. Elle ressemblait à un très long tablier plissé, porté à l’arrière, si l’on en croit la reconstitution faite en 1844, à la suite d’un renouveau du costume classique30.

Mo 裳 : traîne

Mo 裳 : traîne

D'après Suzuki Keizō, Yūshoku kojitsu zuten, pp. 126-139

La robe de dessus ou uwagi 表着/上着/表衣

41La robe de dessus était coupée comme un kimono, de même que toutes les autres pièces du vêtement féminin. Cette robe et les suivantes étaient faites de soie doublée.

Uwagi 表着/上着/表衣 : robe de dessus

Uwagi 表着/上着/表衣 : robe de dessus

D'après Suzuki Keizō, Yūshoku kojitsu zuten, pp. 126-139

La robe intermédiaire uchiginu 打衣

42Fait de soie lustrée, ce vêtement ne figure dans la littérature qu’à partir de l’ Eiga monogatari (Chronique de la splendeur des Fujiwara), dans le chapitre 39 qui a été écrit après l’année 1092. La robe intermédiaire n’était pas encore connue de Murasaki Shikibu. Par ailleurs uchiginu était un terme générique signifiant des étoffes lustrées, c’est-à-dire foulées utsu 打 au maillet.

Les robes de dessous uchiki 袿, superposées kasane uchiki 重/襲袿

  • 31 Eiga monogatari, vol. 2, coll. « Nihon koten bungaku taikei », pp. 175-182.

43Signifiant « robes intérieures », les uchiki 内着 étaient portées seules ou superposées kasane, par trois, cinq ou sept. Ces ensembles étaient parfois appelés « les cinq robes » itsutsu kinu 五つ衣, terme attesté à partir du XIVe siècle dans le Dit des Heike. Les robes de dessous mesuraient une longueur supérieure à la taille humaine si bien qu’elles traînaient par terre. La superposition des robes, caractéristique du costume formel, a par moments donné lieu à des excès. L’Eiga monogatari relate la scène d’un banquet, donné en 1025 par l’impératrice Kenshi (Kiyoko, 994-1027), fille de Michinaga, à l’occasion duquel les dames firent assaut de luxe. Elles choisirent chacune trois couleurs et se vêtirent de trois ensembles de cinq, six ou même sept robes, si bien qu’avec les doublures, certaines tenues atteignaient quarante épaisseurs de tissus. Ce fut au point que les dames, venant en cortège prendre place, ne pouvaient même pas lever le bras pour se cacher la face avec leur éventail, tant elles étaient engoncées, et qu’elles avaient dû faire coudre leur veste qui glissait et ne pouvait tenir en place sur cet amas de soie. Le grand chancelier Fujiwara no Yorimichi (992-1074), frère de l’impératrice, jugea pitoyable ce luxe exagéré et Michinaga se mit en colère, ordonnant de ne plus dépasser les six vêtements. D’ailleurs, les dames n’étaient même pas visibles aux convives du festin, puisqu’elles étaient assises derrière les stores. Mais leurs traînes et le bas de leurs robes dépassaient sous les stores et formaient un parterre de couleurs31. Les vêtements paraissant (uchiide 打出) sous les stores faisaient partie intégrante du décor de ce genre de réunions ; on peut en voir une illustration dans le Rouleau enluminé du Genji (chap. Kashiwagi, Le chêne, section 3), qui montre la célébration du cinquantième jour de la naissance de Kaoru.

La tunique intérieure ou hitoe

  • 32 Kinu et aya désignent des types de tissage, suzushi la qualité de l’étoffe.

44Cette tunique était portée à même le corps, comme celle des hommes. Elle était faite, selon les saisons, en taffetas de soie (kinu 絹) ou en sergé (aya 綾) de soie grège (suzushi 生絹)32 non doublée (c’est-à-dire « simple », hitoe). Taillée comme un kimono, la tunique intérieure, très longue et traînant par terre, était, en outre, plus large que les robes de type uchiki, si bien qu’elle permettait de couvrir amplement le corps et de faire écran entre ce dernier et les vêtements supérieurs.

Hitoe 単 : tunique intérieure

Hitoe 単 : tunique intérieure

D'après Suzuki Keizō, Yūshoku kojitsu zuten, pp. 126-139

Le pantalon, hakama 袴, ou pantalon lustré, uchi-bakama 打袴

45Le pantalon rouge vif (hi/ake), teint au carthame, sinon parfois blanc, se portait à même la peau sans autre sous-vêtement. « La vêture du pantalon » hakamagi, donnait lieu, chez les filles comme chez les garçons, à une cérémonie célébrée entre l’âge de trois et sept ans. Fujiwara no Michinaga note à ce propos, le 26e jour de la 3e lune, 999 :

La princesse aînée (Shūshi naishinnō, 997-1049) célèbre la vêture du pantalon hakamagi 袴着 ; on lui met un vêtement sans séparation entre les jambes sau issoku 左右一足.

  • 33 Hérail, op. cit., vol. 1, pp. 205-206.
  • 34 Sur cette question, voir plus loin le paragraphe intitulé « La ligne douce et la silhouette rigide  (...)

46Étant donné qu’il n’y avait, dans ce cas, qu’une seule ouverture pour les jambes de gauche et de droite, on peut penser qu’il s’agissait d’une sorte de petite jupe33. Ce pantalon était fait de soie lustrée par foulage et parfois appelé « pantalon lustré » uchi-bakama. Le hari-bakama 張袴, « pantalon lissé », apparaît pour la première fois avec ce sens dans les textes à partir du Chōshūki (Notes journalières de Minamoto no Morotoki, 1088-1136). Plus tard, le terme hari-bakama désignera un « pantalon empesé ». De même, le pantalon uchi-bakama (qui était lustré à l’époque du Genji) prendra le sens de « pantalon empesé » : uchi-bakama et hari-bakama seront alors synonymes34.

47Le costume formel des femmes était complété par les accessoires suivants : les chaussettes, shitōzu, le papier plié orné, tatami-gami ou tatō-gami, l’éventail en lamelles de cyprès, hiōgi.

  • 35 Francine Hérail, communication personnelle.

48Le pantalon et tous les vêtements, à l’exception de la veste, étaient très longs et traînaient sur le sol. Cela imposait des mouvements lents et mesurés pour les femmes qui devaient marcher, comme celles qui transportaient le sabre à la suite de l’empereur ou qui lui servaient les repas quotidiens. Les autres femmes passaient la journée assises. Les dames au service de l’impératrice, par exemple, se déplaçaient en glissant sur les genoux. Les femmes de la haute noblesse sortaient rarement en voiture. On préparait dans ces cas une allée de nattes tissées, depuis leur appartement jusqu’à la voiture et de la voiture au lieu de leur visite. Les femmes de la noblesse moyenne, en revanche, pouvaient être amenées à voyager pour accompagner leur époux nommé dans une province ou pour faire un pèlerinage. En ce cas, elles étaient vêtues d’un pantalon noué aux chevilles, et portaient des sortes de chaussettes et des sandales de paille. Elles maintenaient leurs robes par des cordons et se coiffaient d’un chapeau avec un voile qui leur couvrait le haut du corps35.

Les costumes semi-formels

La tenue au manteau court ou ko-uchiki sōzoku 小袿装束

  • 36 Les avis de Ishino Keiko, op. cit., p. 204, et de Suzuki Keizō, op. cit., p. 142, sont opposés sur (...)
  • 37 Chūyūki tome 1, coll. « Dai Nihon kokiroku », p. 88, Kanji 5.10.25. (1091) : description du costume (...)

49Le manteau court ko-uchiki 小袿 en forme de kimono remplaçait la veste karaginu. Il se portait soit sous la traîne soit au-dessus36 et donc sur tous les autres vêtements. Ceux-ci étaient tous plus longs que la taille humaine et traînaient sur le sol, mais le manteau court était un peu moins long, de sorte qu’il laissait apparaître le bas des robes. Les femmes de statut élevé portaient le manteau court chez elles. Bien qu’il s’agisse d’une forme allégée du costume formel, une confusion s’est installée à partir de la fin du XIe siècle entre les vêtements de dessus et l’on voit apparaître la veste portée sur le manteau court, alors qu’elle était normalement remplacée par celui-ci37.

Le manteau long ou hosonaga 細長

  • 38 Interprétation d’Ishimura Teikichi, op. cit., p. 111.

50Hosonaga est l’appellation d’une tenue semi-formelle qui se distingue de la parure formelle par l’absence de la veste et de la traîne. C’est aussi le nom d’un manteau long, porté dessus, dont la forme reste mal connue. On suppose que ce manteau, coupé comme un kimono, avait trois ou quatre pans qui traînaient ; c’est-à-dire que les deux lés avant étaient séparés des deux lés arrière au niveau de la moitié inférieure du vêtement, et qu’éventuellement, ceux-ci étaient encore divisés en deux. Ce vêtement se distinguait des robes par l’absence de grand col (ōkubi)38 ; probablement comportait-il un col plat qui laissait paraître ceux des robes inférieures. Le manteau long se portait sur la robe de dessus (uwagi) et les robes de dessous (uchiki), et parfois même avec le manteau court. Dans le Roman du Genji, le manteau long habille aussi bien les femmes adultes que les jeunes filles, mais celui de ces dernières avait très probablement une forme différente.

Hosonaga 細長 : manteau long

Hosonaga 細長 : manteau long

D’après le Genji monogatari emaki (vers 1130 à 1140)

Les habits informels

La tenue aux robes de dessous ou uchiki 袿 / uchiki sugata 袿姿

51Cette tenue ordinaire portée chez soi comportait la robe de dessus (uwagi) et plusieurs robes de dessous, faites de soie de tissage simple ou façonné, ainsi qu’un pantalon et une tunique. Cette tenue était dépourvue de veste, de traîne et de manteau.

La tenue « tunique et pantalon », hitoe-bakama 単袴

52La tunique intérieure et le pantalon étaient à la base de toutes les tenues et se portaient sur la peau, sans autre sous-vêtement. À eux seuls, ils constituaient une tenue légère informelle ; mais hitoe-bakama signifie aussi, dans certains cas, un pantalon sans doublure (hitoe no hakama). Le Rouleau enluminé du Genji (chap. Yūgiri, Brouillard du soir) montre l’épouse de Yūgiri, Kumoi no kari, portant, chez elle, une tunique blanche sur un pantalon rouge. Le Roman du Genji la décrit aussi dans cette tenue lorsqu’elle fait la sieste (chap. Tokonatsu, L’œillet).

Hitoebakama 単袴 : tenue « tunique et pantalon »

Hitoebakama 単袴 : tenue « tunique et pantalon »

D’après le Genji monogatari emaki (vers 1130 à 1140)

La veste de dessous ou akome

53La veste de dessous était en soie, doublée ou non, selon la saison. Elle caractérise aussi bien la tenue informelle de femmes que celle des hommes, mais on décrit souvent des jeunes filles qui, lors des occasions officielles, la portent avec un pantalon sous leur robe de jeune fille, dite kazami. On pouvait – comme pour les robes de dessous de type uchiki – porter plusieurs vestes de dessous, mais elles étaient moins longues et ne traînaient pas sur le sol.

Akome 衵 : vestes de dessous

Akome 衵 : vestes de dessous

D’après le Senmen shakyō (milieu ou 2e moitié du xiie siècle)

La robe de jeune fille ou kazami 汗衫

54Souvent mentionnée dans la littérature, la forme de cette robe reste toutefois mal connue. Kazami désigne peut-être plusieurs tenues différentes. Cette robe plutôt formelle des jeunes filles était longue, traînant sur le sol, et sans doute décousue sous les manches de chaque côté. Kazami signifie littéralement « tunique san 衫 qui absorbe la sueur ase 汗 » ; mais elle se portait vraisemblablement sur la veste de dessous (akome), avec ou sans la tunique (hitoe) et avec deux pantalons superposés dont l’un, au moins, dépassait sous les pieds. Kazami était aussi le nom d’un costume des danses Gosechi dont la forme se distinguait vraisemblablement de celle de la tenue formelle des jeunes filles. Enfin Kazami désignait également une tenue quotidienne et informelle. Dans ce cas, elle comportait un pantalon, sans doute moins long, dont les cordons auraient été croisés sur la poitrine pour retenir la robe et les manches.

Kazami 汗衫 : robe de jeune fille

Kazami 汗衫 : robe de jeune fille

D’après le Makura no sōshi emaki (fin du xiiie - début du xive siècle)

55Notons qu’à l’exception de la robe informelle de jeune fille, l’habillement féminin ne comportait aucune fermeture, ni lien, ni bande de ceinture, et que la traîne ne permettait de nouer les vêtements à la taille que lors des occasions formelles. Les femmes de la noblesse de Heian devaient donc être fort limitées dans leurs mouvements.

Note sur les tissus

  • 39 Charlotte von Verschuer, Le Commerce extérieur du Japon des origines au xvie siècle, Paris, Maisonn (...)

56Murasaki Shikibu fait souvent l’éloge de la beauté du tissu quand elle décrit les tenues de ses personnages, c’est pourquoi il semble utile de relever quelques notions à propos des soieries. On peut se fier aux tissages de la Chine des Tang (618-907) et des Song (960-1279) pour ce qui est des sergés et des brochés, puisque ces étoffes précieuses étaient importées de Chine39. Pour les autres tissus, nous sommes tributaires des informations données dans les dictionnaires, avec leurs interprétations parfois divergentes pour un même mot. Il convient de distinguer entre les types de tissage, la qualité de l’étoffe et les méthodes d’apprêt du tissu.

Les types de tissage

  • 40 Akane-kai (éd.), Heian-chō fukushoku hyakka jiten, Tokyo, Kōdansha, 1975, p. 80.
  • 41 Akane-kai, op. cit., pp. 80, 428, 831.

57Les soies fines ou étoffes légères, usumono 薄物40, sont des tissages à armure simple et ajouré, comme les gazes (ra 羅et sha 紗), et le crêpe (komenokinu), taffetas très ajouré à aspect crêpé. La différence entre les gazes ra et sha demeure mal connue. Selon certains, la gaze sha serait faite de soie grège. Par ailleurs, le mot ra apparaîtrait parfois dans les textes comme terme générique signifiant les soies fines usumono en général41.

  • 42 Verschuer, op. cit., p. 56.
  • 43 Parfois les soies ki figurent dans les textes en tant que terme générique signifiant les soies faço (...)
  • 44 Gao Hanyu et Krishna Riboud, op. cit., « Catalogue des techniques et des points » à la fin de l’ouv (...)

58Les soies façonnées (ou « soies précieuses »), orimono 織物, qui sont des tissages à armure complexe, comprennent : les sergés (aya 綾) à tissage oblique ; les sergés damassés (karaaya 唐綾)42 ; les taffetas façonnés à décors de sergé ou de flottés (ki 綺)43 ; les taffetas façonnés à motifs tissés (kara no ki 唐綺) ; et les nishiki 錦 qui désignent, selon les cas, les brochés44 (brocarts qui ne comportent pas de fils d’or), ou les brocarts (étoffes rehaussées de fils d’or et d’argent).

  • 45 Iroha jiruishō dans : Nakada Norio (éd.), Iroha jiruishō kenkyū narabini sōgō sakuin, Tōkyō, Kazama (...)

59Les taffetas de soie à armure simple comprennent les taffetas kinu 絹 (ou hiraginu 平絹), les taffetas katori 縑 de tissage plus serré que les kinu et troisièmement, les soies grossières (ou pongés de schappe ?), ashiginu ou futoginu 絁, qui « ressemblent à la toile de chanvre45 ». Kinu est par ailleurs un terme générique désignant toutes les soies à armure simple.

La qualité de l’étoffe

60Suzushi 生絹 est la soie grège tissée avec un fil non décreusé (c’est-à-dire écru) ; les taffetas et les sergés par exemple étaient parfois (ou même souvent ?) des soies grèges.

  • 46 Akane-kai, op. cit., p. 148 (uchiginu). Mais selon Heian jidaishi jiten, p. 442, cette interprétati (...)
  • 47 Akiyama Ken, Genji monogatari zuten, op. cit., p. 103, et Heian jidaishi jiten, p. 442.
  • 48 Heian jidaishi jiten, p. 443. L’interprétation du Kogo daijiten, p. 319, qui comprend ce terme comm (...)

61Kaineri 掻練 serait, selon certains, un tissu de soie lustrée46. Mais ce terme désigne vraisemblablement plutôt une soie faite de fils décreusés47 et serait donc synonyme de neriginu 練絹. (Kaineri est par ailleurs l’abrégé de kaineri-gasane 掻練襲 qui désigne la superposition de soies rouges carthame ou kurenai48.)

L’apprêt du tissu

62Autour de l’an mil, on apprêtait l’étoffe par lustrage ou foulage (uchimono 打物), d’une part, et par lissage (harimono 張物), d’autre part, le mot haritaru 張りたる signifiant lissé. On pratiquait par ailleurs le repassage. Les techniques de l’apprêt du tissu ont toutefois évolué avec le temps et, au Moyen Âge, les termes uchimono et harimono vinrent à désigner les étoffes empesées. Nous retraçons cette évolution dans la suite.

Mode, style et représentation

  • 49 Ritsuryō, op. cit., p. 351-358, section « Ifukuryō » (Règlement sur le costume).
  • 50 Seiji yōryaku, chap. 67, coll. Shintei zōho kokushi taikei, pp. 539-570. Ces décrets citent les pré (...)

63Le vêtement des nobles de la cour a évolué entre le VIIIe et le XIIe siècles. L’habit de cour défini par le Code administratif et pénal de l’ère Taihō49, établi en 701, était fortement influencé par le costume de cour de la Chine des Tang (618-907). Les magasins du Shōsōin à Nara ont conservé jusqu’à aujourd’hui une soixantaine de vêtements d’employés subalternes et de musiciens de la cour japonaise du VIIIe siècle qui reflètent le style des Tang. Mais, dès cette époque, la cour a émis de nombreux décrets50, qui ont apporté des modifications au vêtement jusqu’à ce que celui-ci prenne, à la fin du Xe siècle et donc avant l’époque du Roman du Genji, une forme proprement japonaise avec un col châle sur un empiècement, des manches tombantes, très larges, et un pantalon en forme de large jupe culotte. C’est alors que s’est produit, en quelque sorte, la naissance du « kimono ». Puis, au milieu du XIIe siècle, Toba-in (1103-1156), empereur retiré de 1129 à 1156, et le ministre Minamoto no Arihito (1103-1147) ont adopté le « costume rigide », kowa sōzoku 強装束. Il faut attendre le XIIIe siècle pour voir apparaître dans l’art les silhouettes raides avec un volume plus ample et les lignes marquées, droites, à angles obtus, parfois même aigus. Cette forme caractérise notamment le grand costume de cour tel qu’il figure sur les portraits des shōgun de l’époque de Muromachi. Mais il subsiste des ambiguïtés au sujet des méthodes de l’apprêt des costumes « rigide » et « souple », c’est pourquoi nous relevons ci-après les témoignages historiques dont on dispose à ce propos.

Les innovations du XIIe siècle

64Le Imakagami (Miroir de l’époque actuelle, c. 1170) donne une description d’un nouveau style d’habillement. On y lit ceci :

  • 51 Unno Yasuo (éd.), Imakagami zenshaku, Tōkyō, Fukutake shoten, 1983, vol. 2, chap. 8 (Hana no aruji) (...)

Le général [de la garde du corps Minamoto no Arihito] aimait le « style de costume » emon 衣紋 : que ce soit la longueur des vêtements de dessus ue no kinu ou la forme des autres vêtements, il les régla en détail. Il excellait dans la voie [du costume]. On ne connaissait plus tout cela [à son époque] : avant lui, le pantalon bouffant sashinuki était très long, dépassant les pieds nagafumite, et le bonnet eboshi n’était pas rigidifié (kowaku nuru) par la laque. Mais à l’époque de [Arihito], le bonnet souple sabi-eboshi [évolua et] changea plusieurs fois. On dit que [avant cela,] Shirakawa-in (1053-1129, r. 1072-1086, empereur retiré 1107-1129) avait critiqué ses proches quand ceux-ci avaient voulu ajuster son costume : que le monde a changé [depuis] ! Toba-in et le ministre [Arihito] de Hanazono avaient, chacun à sa manière, un beau visage et une apparence plus belle qu’une image. Ils réglementèrent en détail le costume et cet usage s’imposa dans le monde. [Depuis lors,] plus personne ne manque d’utiliser les doublages pour les épaules kataate et les hanches koshiate, et de mettre un bonnet ou une coiffe hauts, maintenus par une tige [intérieure] todome. Sans cela, il serait impossible de suivre [la mode]. La saillie de la coiffe et la crête du bonnet sont hautes à piquer les nuages, mais [sans tiges de renfort] elles retombent [mollement]. Est-ce pour se conformer à [la mode] du temps, que l’on est attentif [à l’habillement] ? Que ce soit la manière dont tombent les manches ou dont est façonné le pantalon, on apprécie le costume fermement apprêté tsukizukishiku et l’on méprise la tenue négligée uchitoketaru. C’est d’ailleurs de la maison [Minamoto du ministre Arihito] que ressortirent par la suite des préposés au style du costume emon no zōshiki qui furent élus comme membres de la chancellerie de l’empereur.51

65On peut estimer, d’après cette description, qu’une évolution du style de l’habit s’est produite du temps où Toba était empereur retiré et Arihito ministre, c’est-à-dire entre 1129 et 1147. Plus tard, Go-Shirakawa (r. 1156-1158), fils de Toba et empereur retiré de 1158 à 1192, reprendra le chant suivant dans un recueil fameux compilé par ses soins :

  • 52 Ryōjin hishō, Tōkyō, Iwanami shoten, coll. « Iwanami bunko », 1994, p. 67 (no 368).

À cette époque il y avait une mode (ryūkō) à la capitale qui se signalait par le doublage des épaules et des hanches, un bonnet rigide, un col dressé en hauteur tatsu, un [changement du ?] bonnet souple, un pantalon intérieur foulé avec une doublure de toile nuno-uchi et un pantalon bouffant sashinuki fait de quatre lés de tissu [moins large et moins long que jadis]52.

  • 53 Ce sont des fanons de baleine selon Unno, op. cit., pp. 313, 314, ou des fibres de bambou selon d’a (...)

66À en croire ces deux textes, on a alors adopté le bonnet rigidifié qui était laqué, sans doute doublé de papier et renforcé à l’intérieur par une tige courbe et une coiffe rigide comportant un rembourrage et une tige courbe dans le pourtour, faite de fanons de baleine53 ; on a ajusté la longueur du pantalon bouffant ; enfin, on a utilisé des rembourrages au niveau des épaules et des hanches et on préférait le col droit vertical. En somme, on donnait à la silhouette une plus grande hauteur et un volume amplifié.

67Fujiwara no Koremichi (1093-1165) avait retenu ces faits dès l’année 1162. Il note ceci dans son traité sur le protocole de l’empereur :

  • 54 Taikai hishō, coll. « Gunsho ruijū », tome 8, pp. 14, 15 ; cité par Suzuki Keizō, « Kowa shōzoku », (...)

Jadis, tout le monde portait des costumes « lustrés souples » nashi o uchite, et ceci lors de tous les événements importants, qu’il fasse chaud ou froid. Ces temps-ci, les gens portent des vêtements raides kowaki mono 強き物 et par dessus, encore des vêtements raides qu’ils renforcent avec des doublages aux hanches et des tiges dans les coiffes et les bonnets54.

68On assiste ainsi à la naissance d’un style que Kitabatake Chikafusa (1293-1354) devait baptiser, plus tard, le « costume rigide ». Chikafusa écrit dans le Jinnō shōtōki (Histoire de la succession légitime des divins empereurs, 1343) :

  • 55 Jinnō shōtōki, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 87, p. 144, section « Dai shichijūshi dai (...)

[Toba-in] avait une allure élégante et il aimait l’éclat kira ; c’est aussi à son époque que sont apparus le « costume rigide (sōzoku no kowaku 強く nari) » et le bonnet [raide, dressé] en saillie. Le ministre Hanazono [Minamoto] no Arihito était aussi un homme élégant ; il fit ajuster la forme des vêtements de dessus et de dessous55.

69Un siècle plus tard, le moine Senju 宣守 (dates inconnues), spécialiste du protocole, considère, lui aussi l’époque de Toba-in comme un tournant dans l’histoire du vêtement. Il écrit en 1420 dans son traité du protocole intitulé Ama no mokuzu 海人藻介 (Lambeaux d’algues d’un pêcheur) :

  • 56 Ama no mokuzu, texte reproduit dans le Kojiruien, Tokyo, Yoshikawa kōbunkan, 1997, vol. « Fukushoku (...)

À l’époque ancienne jōdai, le style du costume sōzoku no emon n’était pas encore fixé. Mais depuis le règne de Toba-in, on utilise le costume rigide kowaki sōzoku, et le style du vêtement est réglementé. À l’époque ancienne, on portait le costume souple nae sōzoku, littéralement tendre fukusa フクサ [袱紗], car le costume rigide n’était pas encore en usage.56

70Ainsi se trouve précisée, à partir du XIIe siècle, la dichotomie entre, d’une part, le « costume souple » (ancien), d’aspect tendre, et, d’autre part, le « costume rigide » d’aspect raide. Les textes, du point de vue technique, ne parlent jusqu’à cette époque que de doublages intérieurs des vêtements au niveau des épaules et des hanches, ainsi que de rembourrages et de rigidification des couvre-chefs. À côté de ces éléments introduits par Toba-in, qui concernent la couture, il existait un autre aspect, celui-ci relevant de l’apprêt du tissu.

  • 57 Makura no sōshi, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 19, p. 301 (n° 82).
  • 58 Masasuke shōzokushō et Kazarishō, coll. « Gunsho ruijū », tome 8, « Shōzokubu » pp. 112 et 114, p.  (...)

71Sei Shōnagon avait admiré, au XIe siècle, l’étoffe d’une tenue de chasse qu’elle perçut comme étant fukusa57, ce mot signifiant la qualité souple et soyeuse du tissu. Par la suite, les manuels de protocole parlent, à partir du XIIe siècle, de lissage léger fukusa-bari, signifiant littéralement le « lissage qui rend souple ». Les Notes de Masasuke sur le mobilier et le costume (XIIe siècle) et les Extraits relatifs au costume et aux ornements (1235 à 1238) distinguent entre l’apprêt ou le lissage léger fukusa- bari ふくさばり et l’apprêt ou le lissage fort kowa- bari 強張58.

72Pour expliquer la différence entre ces deux méthodes de l’apprêt du tissu, les philologues de l’époque d’Edo font intervenir l’amidon ou nori 糊. Voici ce qu’en disent leurs textes :

  • 59 Shin.ya mondō, texte reproduit dans Kojiruien, op. cit., p. 223.
  • 60 Wakun no shiori (Zen-hen 4, ji), texte dans Kojiruien, op. cit., p. 223. Fujiwara no Nagakane (1161 (...)

73Le recueil Shin.ya mondō 新野問答 (Questions et réponses de Shin [Arai Hakuseki, 1657-1725] et Ya [Nonomiya Sadamoto, 1669-1711]) explique que « pour le lissage léger on applique la colle de manière légère nori o yawaraka ni haritaru 糊をやわらかに張りたる »59. L’encyclopédie Wakun no shiori 倭訓栞 (Manuel des mots en lecture japonaise) du XVIIIe siècle estime que les tenues raides comme « l’écorce d’arbre », joboku 如木, étaient fortement « apprêtées avec beaucoup de colle (ōku nori shite hari o tsuyoku suru) »60. Il s’agissait donc d’amidonnage léger dans le premier cas, d’amidonnage à forte dose dans le second cas.

74Le Teijō zakki 貞丈雑記 (Compendium de Sadatake), une autre encyclopédie du XVIIIe siècle, composée par Ise Sadatake 伊勢貞丈 (1717-1784), présente en outre la technique de l’empesage itabiki 板引 ; cet ouvrage explique ainsi :

  • 61 Teijō zakki 5, chap. Shōzoku, texte dans Kojiruien, op. cit., p. 389.

Pour l’empesage itabiki, on enduit le tissu de soie avec de la colle nori et on l’étale sur une planche en bois laqué, puis on retire le tissu, après l’avoir fait sécher ; il est alors luisant [et raide] comme s’il avait été enduit de cire61.

  • 62 Selon Tsuda Daisuke (communication personnelle), l’empesage fort itabiki apparaît dans les textes à (...)

75Cette méthode précise de l’empesage fort, destiné à faire briller le tissu par un enduit épais, n’est connue qu’à partir du XIVe siècle62, mais elle s’est vraisemblablement développée progressivement à partir d’un amidonnage de plus en plus fort.

  • 63 « Gunsho ruijū », tome 8, p. 127.

76Il est permis de penser que le lissage léger fukusa-bari se faisait avec une faible dose d’amidon, le lissage fort kowa-bari avec une forte dose d’amidon. Le Kazarishō donne l’exemple des tuniques à traîne shitagasane qui étaient normalement fortement amidonnées, sauf, dit l’ouvrage, les tuniques des dignitaires âgés qui étaient « lissées harite, mais non pas lustrées par le repassage migakazu ni par le foulage utazu 不打 ; on les appelle tuniques à traîne lissées (ou apprêtées) légèrement fukusa-bari shitagasane ou tout simplement tuniques à traîne lissées hari-shitagasane63 ». Dans ce cas, le vêtement a été rendu souple par le lissage accompagné éventuellement d’un léger amidonnage. Cette forme de traitement du tissu était précisément la caractéristique du « costume souple » nae sōzoku.

77Pour le « costume rigide », kowa sōzoku, on a introduit des rembourrages à divers niveaux et on a pratiqué parallèlement « l’apprêt fort », kowa-bari, au moyen d’une augmentation de l’amidonnage. Cela consistait vraisemblablement en une augmentation de la proportion d’amidon dans l’eau qui servait à tremper l’étoffe avant le séchage. On peut donc retenir que le « costume rigide » est attesté à partir du XIIe siècle et le vêtement empesé itabiki à partir du XIVe siècle. Aussi convient-il de se demander quelles étaient les méthodes de l’apprêt avant l’époque de Toba-in et en particulier à celle du Genji, au début du XIe siècle.

Le costume à l’époque du Genji

  • 64 Voir les mots harimono et uchimono dans les dictionnaires Kogo daijiten, Nihon kokugo daijiten et A (...)

78L’époque du Genji se situe plus d’un siècle avant les innovations apportées au style d’habillement sous Toba-in et ne connaissait donc que le « costume souple » qui était confectionné de soies, certes apprêtées, mais non pas empesées. À cette époque, l’apprêt reposait sur deux techniques destinées à rendre le tissu lisse et souple. Pour lisser une étoffe, on la mouillait, puis on l’étendait sur une planche (kinubari) et on la mettait à sécher au soleil, technique appelée « lissage » (harimono). Pour lustrer un tissu, on le pliait et on le posait sur un billot (kinuta), ou bien on l’enroulait sur un rouleau (makiita), qui était recouvert d’une toile de chanvre, puis on battait (utsu, kinuutsu) le tissu avec un maillet, ce qui lui donnait un aspect brillant, technique appelée « lustrage » ou « foulage » (uchiginu / uchimono)64. Ces deux techniques sont attestées dans la littérature. Le Utsuho monogatari (Roman de la caverne, deuxième moitié du Xe siècle), par exemple, évoque les ateliers de lissage et de lustrage de la résidence d’un notable. On y lit ceci :

  • 65 Utsuho monogatari, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 10, p. 342, chap. Fukiage jō.

Voici l’atelier de lustrage uchimono no tokoro. Il y a cinquante jeunes gens et trente jeunes filles. Un rouleau est posé devant chaque personne qui enroule (maku) les étoffes. [Les autres] hommes et femmes actionnent, avec les pieds, de solides pilons à levier (karausu) [pour décortiquer du riz]. Et voici l’atelier de lissage (harimono no tokoro). C’est un grand bâtiment sans [galerie] extérieure, couvert d’un toit d’écorce de cyprès, dans lequel vingt femmes, vêtues de vestes de dessous et de pantalons, lissent toutes sortes de tissus65.

  • 66 Engishiki, coll. « Shintei zōho kokushi taikei », p. 405-406, chap. Nuidono-ryō, et p. 786 (une tab (...)

79Au Xe siècle, l’office de la Couture (nuidono) de la cour impériale pratiquait le lustrage et le repassage pour préparer les tissus de soie des robes de l’empereur et de ses épouses. L’office de la Couture utilisait, pour ce faire, deux « poêles à repasser » (noshi 熨斗) remplies de braises et deux « planches à faire polir » (migakiita みがき板), c’est-à-dire des planches à repasser66. On sait cela grâce aux Engishiki 延喜式 (Règlements de l’ère Engi), établis par la cour en 927 et entrés en vigueur en 967. Ces règlements sont très détaillés en ce qui concerne les ustensiles et les matériaux dont disposaient les ateliers attachés à la cour, mais ils ne mentionnent pas d’amidon en relation avec la préparation des vêtements, si bien que l’on peut penser que l’apprêt se faisait alors sans amidonnage.

  • 67 Engishiki, op. cit., p. 388 (Zushoryō), 436 (Onmyōryō) ; Kobayashi Yukio, Zoku kodai no gijutsu, Tō (...)
  • 68 Iroha jiruishō, op. cit., p. 329, lettre i, section Zatsubutsu.
  • 69 Eiga monogatari, op. cit., tome 76, p. 51 (chap. 16, Moto no shizuku).

80À cette époque, l’office de la Bibliothèque et l’office de la Divination utilisaient des colles à base de soja pour la reliure du papier en rouleaux. Dès le VIIIe siècle, dans les ateliers attachés à la cour de Nara67 on avait eu recours aux colles à base de riz ou de blé pour les diverses fabrications. Mais l’office de la Couture de Heian ne disposait pas de « colles » qui auraient pu servir d’amidon. En revanche, l’amidon figure sous le nom de « colle pour la soie » 絹粥 (littéralement bouillie de céréales utilisée pour la soie) avec la lecture « nori » dans le Iroha jiruishō 色葉字類抄 (Dictionnaire en syllabaire)68, écrit par Tachibana no Tadakane ( ?- ?) entre 1144 et 1165, c’est-à-dire à l’époque de Toba-in. Avant cela, le composé nori est absent des dictionnaires, à savoir le Shinsen jikyō 新撰字鏡 (Miroir des mots, nouvelle compilation, 898-901) et le Wamyō ruijushō 倭名類娶抄 (Encyclopédie des mots japonais, années 930), qui date de la même époque que l’Engishiki ; d’ailleurs l’amidonnage ne semble pas avoir été pratiqué dans la deuxième moitié du Xe siècle au sein des ateliers de lissage et de lustrage décrits dans le Utsuho monogatari. En revanche, on en trouve la première mention dans la Chronique de la splendeur des Fujiwara (chap. 16, écrit entre 1028 et 1037) : lors d’un rite de récitation des noms de Bouddha (nenbutsu), les moines portent des robes somptueuses parmi lesquelles certaines sont faites de « sergé lissé et amidonné » (noribari nado no aya 糊張などの綾)69. On ne peut donc pas exclure la possibilité que l’amidonnage ait été connu à l’époque du Genji, même si l’amidon nori ne figure pas explicitement dans le Roman du Genji.

81Compte tenu de tous ces faits, il semble qu’à l’époque du Genji, au début du XIe siècle, les personnages nobles étaient habillés d’étoffes lustrées ou lissées, souples au regard et soyeuses au toucher. Une faible dose d’amidon a pu être ajoutée dans certains cas – si l’amidonnage était connu dès cette époque – pour faire briller les étoffes précieuses destinées aux grandes occasions. On peut admirer le style de ces costumes souples dans les rouleaux de peinture du XIIe siècle ; ceux-ci illustrent aussi la différence avec le costume rigide.

La représentation dans l’iconographie

  • 70 Ikeda Shinobu, Nihon kaiga no josei zō, Tōkyō, Chikuma shobō, 1998, p. 43-60. Depuis les analyses f (...)
  • 71 Voir les dates des rouleaux de peintures dans Joan Piggott et al., Dictionnaire des sources du Japo (...)

82Les historiens de l’art ont étudié la représentation du costume dans les rouleaux de peinture et ont remarqué l’apparition d’une stylisation dans le traitement du vêtement à partir du XIIIe siècle. Ikeda Shinobu insiste quant à elle sur le fait qu’au XIIIe siècle, le pouvoir était passé aux mains de la classe militaire. Selon Ikeda, la forme raide, imposante et volumineuse des costumes représentés dans le Murasaki Shikibu nikki emaki (Rouleau enluminé du journal de Murasaki Shikibu, premier quart du XIIIe siècle), qui contraste avec les lignes courbes du Rouleau enluminé du Genji (peint autour de 1130 à 1140), appartient à un style nouveau dont l’évolution au XIIIe siècle correspond, selon Ikeda, à un besoin de la cour impériale d’affirmer le prestige des dignitaires de Heian par le biais de la magnificence du costume70. À ces deux points de vue, celui de la stylisation artistique et celui de l’arrière-plan idéologique de la représentation, on peut en ajouter un troisième, celui de l’évolution de l’aspect matériel de l’habit. Les illustrations qui accompagnent le présent article permettent de distinguer aisément entre les tenues de soie souple et l’habit de soie rigide. Ces images proviennent de peintures qui sont toutes postérieures à l’époque de Toba-in, à l’exception du Genji monogatari emaki (vers 1130-1140) qui date de son époque71. On constate que les deux types, raide et souple, sont souvent représentés dans une même œuvre, comme le Ban dainagon emaki (c. 1170) ou le Nenjūgyōji emaki (Rouleau enluminé des cérémonies annuelles, après 1156). Il est permis de penser que dès le milieu du XIIe siècle, les nobles ont porté parallèlement des costumes formels apprêtés d’aspect raide et des tenues semi-formelles et informelles en tissus apprêtés souples. Les coiffes et les bonnets figurés sur les planches 1 et 2 correspondent tous à la forme haute qui a été introduite sous Toba-in.

  • 72 Coll. « Nihon no emaki », tome 1, pp. 17, 19. Ces deux peintures appartiennent à un seul et même at (...)
  • 73 Coll. « Nihon no emaki », tome 9, pp. 40, 46.

83Comparé aux costumes non formels, le grand costume de cour représenté dans le Ban dainagon emaki et l’habit informel assorti de la coiffe formelle figuré dans le Shigisan engi (Origines merveilleuses du mont Shigi, vers 1155-1180) montrent une forme ample et raide avec des épaules et des hanches étoffées et donnent l’impression d’avoir été traités avec de l’amidon. Ces images, qui sont postérieures à l’époque de Toba-in, illustrent le nouveau style du XIIe siècle. Même le Rouleau enluminé du Genji, qui date de l’époque de Toba-in, permet de distinguer aisément deux types de vêtements. Par exemple, l’habit informel avec la coiffe formelle (kanmuri-nōshi) du Genji (chap. Suzumushi, section 2) montre un volume amplifié et relativement raide avec des épaules rehaussées, mais la même tenue portée par Yūgiri (chap. Yūgiri) est faite de soie souple aux épaules tombantes72. Ensuite, à partir du XIIIe siècle, les formes très raides et imposantes des vêtures laissent deviner un traitement du tissu avec une forte dose d’amidon. Par exemple, le régent Fujiwara no Michinaga et les autres dignitaires qui vécurent autour de l’an mil, représentés dans le Rouleau enluminé du journal de Murasaki Shikibu, donnent l’impression d’être étouffés dans leur énorme costume gonflé à angles obtus avec des pantalons bombés73. On peut donc observer, dans la peinture des XIIe-XIVe siècles, une gamme de traitements comprenant l’apprêt des tissus, les uns sans amidon, les autres avec amidon, d’abord à faible dose puis à forte dose, jusqu’à ce que l’apprêt atteigne la forme de l’empesage rigide itabiki, au plus tard au XIVe siècle.

  • 74 Shōzoku shūsei, coll. « Kaitei zōho kojitsu sōsho » 24, pp. 440-441.

84L’apprêt des vêtements féminins est moins aisément repérable dans la peinture, car la superposition des nombreuses robes peut expliquer en partie le volume et la raideur des tenues. Néanmoins, on a l’impression que le costume formel féminin représenté dans le Sanjūrokkasen-e (Portraits des trente-six poètes et poétesses immortels), qui date du début du XIIIe siècle, contient une forte dose d’empois. D’ailleurs, le Shōzoku shūsei (Compilation relative au costume) du XVIIIe siècle estime que la robe intermédiaire (appelée « robe lustrée », uchiginu), le pantalon lustré (uchi-bakama), la veste (karaginu) et la traîne (mo) du costume formel des femmes du XIIIe siècle étaient tous empesés (itabiki)74.

  • 75 Voir une discussion sur ce point dans Piponnier et Mane, op. cit., pp. 9-13.
  • 76 On voit des bonnets rembourrés et moux dans l’iconographie du xie siècle : a) Les graffitis du Byōd (...)

85Il apparaît à travers ces quelques exemples que la peinture des XIIe - XIIIe siècles représente les costumes du moment et non pas ceux de l’époque du Roman du Genji. Les auteurs des rouleaux de peinture ont peint le monde qui les entourait à l’instar des peintres européens du Moyen Âge75. Mais ces peintures, à notre époque, ont été parfois utilisées pour illustrer le Genji, comme on peut le voir, entre autres, dans le Genji monogatari zuten (Dictionnaire illustré du Genji) et dans l’édition du Roman du Genji de la collection « Shinpen Nihon koten bungaku zenshū ». Ces ouvrages donnent l’impression que le Genji fut coiffé d’un bonnet haut et solide et vêtu d’habits aux volumes amplifiés qui lui donnent une silhouette dressée et assez raide. Mais il convient d’imaginer plutôt les personnages du roman, portant des couvre-chefs mous, moins hauts76, et des robes faites d’étoffes souples. Ce style d’habillement correspond en effet au contexte culturel de l’époque. Au début du XIe siècle, le monde de la cour était imprégné d’une esthétique du raffinement qui appréciait la douceur d’une tenue soyeuse. Le goût plus tardif de la magnificence et de l’ampleur du volume lui était encore étranger. La silhouette raide aux contours droits et anguleux qui est apparue à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle semble contraire aux préoccupations esthétiques du monde du Genji.

La ligne douce et la silhouette rigide : deux univers différents

  • 77 Genji monogatari, chap. Hatsune, coll. « Shinpen Nihon koten bungaku zenshū », tome 22, p. 153-154. (...)

86L’empesage n’est mentionné nulle part dans le Roman du Genji. Toutefois, on trouve assez souvent des allusions à cette pratique dans les annotations des éditions actuelles du roman. Voici un exemple tiré du chapitre Hatsune (Prime chant) : une des maîtresses du Genji, Sue tsumu hana a commis une erreur de goût en mettant « une robe de dessous de soie façonnée orimono sur un ensemble lissé haritaru [de robes de dessous] en soie aux tons rouges kaineri, bruissant saisaishiku, dont la couleur est ternie et sans éclat. » Aux yeux de certains commentateurs, il s’agit « d’un ensemble de robes rigides kowabatta » qui seraient « empesées itabiki au point de faire du bruit au frottement77 ». Or le qualificatif haritaru, du verbe haru, est un mot technique signifiant lissé ou apprêté par le lissage, sans que l’on sache si, à l’époque du Genji, il y avait recours à l’amidon. Comme terme générique, le verbe haru fait référence à l’aspect tendu et lissé d’une tenue nette et propre ou d’un vêtement repassé et tombant d’une façon impeccable. Certains commentateurs du Genji ont voulu y voir l’empesage. Mais il semble mal venu de vouloir expliquer l’aspect lisse des vêtements par l’empesage car cette technique n’est évoquée, dans les textes, qu’à partir du XIVe siècle. Il convient de penser qu’au XIe siècle, on avait recours seulement aux méthodes de lissage et de lustrage qui ont été exposées plus haut.

  • 78 Genji monogatari, chap. Hatsune (ibid) et chap. Hashihime, coll. « Shinpen Nihon koten bungaku zens (...)
  • 79 Genji monogatari, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 17, p. 315 (chap. Hashihime), et tome (...)

87L’épisode tiré du chapitre Hatsune du Genji fait référence, comme d’ailleurs bien d’autres passages du Roman du Genji, au bruit du vêtement (kinu no oto). À en croire certains, ce bruit aurait été produit par les étoffes lourdes et empesées qui traînent sur le sol78, mais il existe une interprétation plus plausible selon laquelle il s’agirait du son délicat produit par le froissement léger ou le frôlement (kinuzure) des étoffes soyeuses et légères qui bruissent à chaque mouvement79. Par ailleurs, on trouve dans le roman de nombreuses allusions à des vêtements usagés (naretaru). Selon certains commentateurs, ces vêtements seraient devenus mous après avoir perdu « la colle » (c’est-à-dire l’amidon ou l’empois), mais on peut penser qu’ils ont simplement perdu leur aspect lisse. Le vêtement souple (naetaru) est de son côté assimilé par certains commentateurs au « costume souple » (nae sōzoku) par opposition au « costume rigide » (kowa sōzoku). Mais ce vêtement est sans doute qualifié de souple parce que lissé, lustré ou usé, ou encore fait d’une étoffe qui était douce au toucher ou d’un tissu particulièrement soyeux. Quoi qu’il en soit, les qualificatifs « usagé » (naretaru) et « souple » (naetaru) concernaient l’apparence du vêtement et non pas une technique d’apprêt du tissu.

  • 80 Voir les mots harimono, hari-bakama, uchinashi, joboku, fukusa-hari, uchiginu, nae sōzoku, kowa sōz (...)

88Dans certains cas, la lecture des ouvrages de référence peut également créer des malentendus. D’un côté les dictionnaires s’accordent sur le fait de l’adoption du costume rigide sous Toba-in. D’un autre côté, ils expliquent, comme par exemple le Kokushi daijiten et le Kogo daijiten (Shōgakukan, 1984), le mot harimono par « lissage avec de l’amidon » (nori o tsukete) en citant le récit du Utsuho monogatari, traduit plus haut, qui n’évoque cependant aucun amidonnage. En même temps, ces dictionnaires signalent aussi un changement du sens : par exemple, les termes « pantalon lissé » (hari-bakama) et « pantalon lustré » (uchi-bakama), disent-ils à juste titre, vinrent à désigner « plus tard » le « pantalon empesé »80. Ainsi, le changement du sens des mots lié à l’évolution des techniques de l’apprêt peut parfois prêter à confusion.

  • 81 Sairyūshō, coll. « Genji monogatari kochū shūsei » 7, Tōkyō, Ōfūsha, 1980, p. 30 (chap. Hahakigi). (...)
  • 82 C’est le cas de la traduction d’épis de « riz » au lieu d’épis de « céréales » pour le mot ho 穂 dan (...)

89Les contradictions relatives au costume du Genji ne sont pas récentes. Elles figurent déjà dans une œuvre d’érudition médiévale. Les premières études du Roman du Genji remontent au Moyen Âge et les nombreux travaux sur ce texte ont été réunis, entre autres, dans le Genji monogatari kochū shūsei (Collection des commentaires anciens du Roman du Genji). Dans l’un de ces commentaires, intitulé Sairyūshō (Compendium du petit ruisseau, 1510-1513), l’auteur invoque les robes et les pantalons empesés (itabiki) pour expliquer le bruissement des vêtements81, mais il commet, ce faisant, un anachronisme par rapport au Genji. L’auteur du Sairyūshō est Sanjōnishi Sanetaka (1455-1537), fondateur de la prestigieuse école des Sanjōnishi qui fait autorité dans les études philologiques du Genji. Ce type de commentaire pourrait fort bien avoir été cité à l’époque d’Edo ; par la suite, l’empesage aurait fait son entrée dans les études du XXe siècle par le biais de citations. Il existe d’autres cas où les traducteurs japonais contemporains se sont fiés, pour l’interprétation d’un mot ancien, à la philologie de l’époque d’Edo plutôt qu’aux dictionnaires de l’époque ancienne82. Sanjōnishi Sanetaka a pu consulter l’iconographie qui, nous l’avons vu, n’est pas représentative de l’époque du Genji, mais de celle de Toba-in. Or, la datation des œuvres de la littérature et de la peinture classiques n’était pas encore établie avec précision au XVIe siècle. Ce n’est qu’à l’époque d’Edo que le Rouleau enluminé du Genji fut reconnu comme œuvre du XIIe siècle, si bien que la philologie médiévale a pu évaluer le Roman du Genji et le Rouleau enluminé comme des œuvres contemporaines, datées l’une et l’autre de « l’époque de Heian ». La philologie médiévale ne disposait donc pas des moyens permettant d’appréhender la chronologie de l’évolution du vêtement. Enfin, il est également possible que les milieux littéraires des époques de Muromachi et d’Edo aient été influencés par leur propre entourage où le costume rigide était de rigueur.

90Toutefois, l’âge des guerriers médiévaux et le monde du Genji n’appartiennent pas à la même époque. Le costume souple et le costume rigide représentent des systèmes esthétiques différents. Le premier, marqué par une ligne douce, met en valeur le goût de la beauté et le sens des couleurs. On est dans le monde de Murasaki Shikibu, dans lequel les personnages s’affirment à travers la délicatesse des combinaisons de tons et dans le choix des étoffes. En revanche, à partir de la fin du XIIe siècle, la raideur de la silhouette du costume rigide exprime la rigueur de l’autorité sociale. À cette époque, les hommes de la cour affichent leur dignité par l’allure imposante et les volumes amples de leur parure. Ainsi, la ligne douce, d’un côté, et la silhouette rigide, de l’autre, appartiennent à deux mondes différents. Nous préférons donc souscrire à l’opinion émise par le moine Senju, spécialiste du protocole de la cour, cité plus haut, qui écrit en 1420 :

  • 83 Ama no mokuzu, texte dans Kojiruien, p. 219 (inattention, inconscience fukaku 不覚).

Donc, quand les peintres ont fait les portraits de personnes de l’époque antérieure à Toba-in, tout en peignant le style du « costume rigide » qui fut introduit à l’époque de Toba-in, n’est-ce pas le fruit de leur inattention ?83

91Aux yeux de Senju, la ligne douce des vêtements du Genji et la silhouette rigide de l’habit médiéval appartenaient de toute évidence à deux univers différents.

Haut de page

Bibliographie

Fûzoku, hakubutsukan (Gotô Kuniharu) éd., Genji monogatari Rokujōin no seikatsu, Kyōto, Seigensha, 1999.

Hino, Nishisuketaka, Fukushoku, Nihon no bijutsu 26 (numéro spécial), juin 1968.

Hino, Nishisuketaka, « Kowa sōzoku to nae sōzoku », MUSEUM 49, avril 1955.

Joüon des Longrais, F., « Le Masasuke shōzoku shō, examen du texte », Tashi, le Roman de Celle qui épousa deux empereurs (Nidai no kisaki) (1140-1202), Paris, Institut de recherches d’histoire étrangère, Tōkyō, Maison Franco-Japonaise, vol. 2, 1969.

Kawakami, Shigeki, « Kuge no fukushoku », Nihon no bijutsu 339, Shibundō, 1994.

Komatsu, Fumiko, L’évolution du costume au Japon, Paris, 1942.

Leloir, Maurice, Dictionnaire du costume, Paris, Librairie Gründ, 1951.

Murakami, Nobuhiko, Fukusō no rekishi - kimono ga umareru made, Tōkyō, Rironsha, 1955, 1984.

Sekine, Shinryū, Narachō fukushoku no kenkyū, Yoshikawa kōbunkan, 1974, 1986.

Haut de page

Notes

1 Voir tous ces titres dans Joan Piggott et al. (éd.), Dictionnaire des sources du Japon classique, Paris, Collège de France-Institut des Hautes Études Japonaises / De Boccard, 2007.

2 Je remercie Estelle Bauer, Francine Hérail, Marie Maurin, Takeda Sachiko, Terada Sumie, Tsuda Daisuke, Michel Vieillard-Baron, Yoshida Sanae et Yoshie Akio pour leurs précieuses indications. Ci-après, dans les sections sur « Le costume masculin » et « Le costume féminin », je cite (sauf indication contraire) Ishino Keiko, Katō Shizuko, Nakajima Tomoe, « Heian jidai no yōgi, fukushoku », in Yamanaka Yutaka, Suzuki Shizuo (éd.), Heian jidai no shinkō to seikatsu, Tōkyō : Shibundō, 1994, et Akiyama Ken, Komachiya Teruhiko, Sugai Minoru (éd.), Genji monogatari zuten, Tōkyō, Shōgakukan, 1997, 1999. Voir aussi Suzuki Keizō, Yūsoku kojitsu zuten : fukusō to kojitsu, Tōkyō, Yoshikawa kōbunkan, 1995, 2003, et Suzuki Keizō, « Kuge no shōzoku - Genji monogatari o chūshin ni shite », Genji monogatari kenkyū 5, décembre 1977.

3 Francine Hérail, Notes journalières de Fujiwara no Michinaga, Traduction du Midō kanpakuki, 3 vols., Genève / Paris, Librairie Droz, 1987, 1988, 1991.

4 Je me fonde pour cela sur l’ouvrage de Françoise Piponnier et Perrine Mane, Se vêtir au Moyen Âge, Paris, Société nouvelle Adam Biro, 1995.

5 Iwasa Miyoko, « Ishō no byōhō - sono yakuwari to kōka », Genji monogatari rokkō, Tōkyō, Iwanami shoten, 2002, pp. 37-68.

6 Hérail, op.cit., vol. 2, p. 765.

7 Ritsuryō, art. « Ifukuryō » 4 et 5, coll. « Nihon shisō taikei », tome 3, Tōkyō, Iwanami shoten, 1976, p. 352.

8 Ishino Keiko, op.cit., p. 215, 220.

9 Ishimura Teikichi, Yūsoku kojitsu, Kōdansha gakujutsu bunko, 1986, 1996, tome 2, pp. 43, 44.

10 Ishimura Teikichi, op. cit., p. 51 (Voir aussi Ishimura Teikichi, Genji monogatari yūsoku no kenkyū, Tōkyō, Kazama shobō, 1964.)

11 Kaoru est officiellement le fils du Genji, mais, en réalité, il est l’enfant d’un adultère.

12 Genji monogatari emaki, coll. « Nihon no emaki », tome 1, p. 30. Plus bas, nous continuons à citer cette version classée Trésor national. Il s’agit du Rouleau enluminé du Genji le plus ancien, réalisé entre 1130 et 1150.

13 Hérail, op.cit., vol. 2, p. 397.

14 Ishimura Teikichi, Yūsoku kojitsu, op.cit., 1996, p. 56.

15 Kogo daijiten, entrée « tatau-gami ».

16 Hérail, op. cit., vol. 2, p. 70.

17 Ishimura Teikichi, op. cit., p. 75, et Suzuki Keizō, 2003, op. cit., p. 80.

18 Les dictionnaires Kogo daijiten et Nihon kokugo daijiten donnent des explications divergentes de kobakama. Précisons que le Ban dainagon emaki (Rouleau enluminé du récit du grand conseiller Tomo) montre de nombreux suivants en pantalon beaucoup plus court que le sashinuki, de sorte que l’on peut se demander si le kobakama n’était pas un pantalon bouffant court.

19 Le manteau uchikake était, à cette époque, un vêtement des gardes en forme de chasuble ; dans cet article, nous avons laissé de côté les costumes des fonctionnaires militaires.

20 Hérail, op. cit., vol. 2, p. 398.

21 Voir plus haut, le paragraphe sur « Le manteau ». Pour les teintures, voir Ch. von Verschuer, Le Riz dans la culture de Heian, mythe et réalité, Paris, Collège de France - Institut des Hautes Études Japonaises / De Boccard, 2003, pp. 234-235.

22 Francine Hérail, La Cour et l’administration du Japon à l’époque de Heian, Paris, Ecole Pratique des Hautes Études ; Genève, Droz, 2006, p. 299-518 (« Services féminins du palais ») ; voir aussi Hérail, La Cour du Japon à l’époque de Heian aux xe-xie siècles, Paris, Hachette, 1995.

23 Prononciation du Masasuke shōzokushō, xiie siècle, coll. « Gunsho ruijū », tome 8 (112, Shōzokubu), p. 47, reprise dans le Kogo daijiten.

24 Heian jidaishi jiten, p. 1870.

25 Wamyō-ruijushō, xe siècle, Tōkyō, Kazama shobō, 1957, chap. 12, p. 20. Voir karaginu dans Iroha jiruishō, lettre i, section zatsubutsu, Tōkyō, Kazama shobō, 1987, p. 137.

26 André Beaujard, Notes de chevet, Paris, Gallimard, 1966 ; d’après Makura no sōshi, n° 134, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 19, p. 187.

27 Masasuke shōzokushō, op. cit., pp. 25, 27, 86.

28 Nihon kokugo daijiten, vol. 5, p. 185.

29 Hérail, Notes journalières, op. cit., vol. 1, p. 183.

30 Suzuki Keizō, 2003, op. cit., p. 139.

31 Eiga monogatari, vol. 2, coll. « Nihon koten bungaku taikei », pp. 175-182.

32 Kinu et aya désignent des types de tissage, suzushi la qualité de l’étoffe.

33 Hérail, op. cit., vol. 1, pp. 205-206.

34 Sur cette question, voir plus loin le paragraphe intitulé « La ligne douce et la silhouette rigide : deux univers différents », note 80.

35 Francine Hérail, communication personnelle.

36 Les avis de Ishino Keiko, op. cit., p. 204, et de Suzuki Keizō, op. cit., p. 142, sont opposés sur ce point.

37 Chūyūki tome 1, coll. « Dai Nihon kokiroku », p. 88, Kanji 5.10.25. (1091) : description du costume de l’impératrice.

38 Interprétation d’Ishimura Teikichi, op. cit., p. 111.

39 Charlotte von Verschuer, Le Commerce extérieur du Japon des origines au xvie siècle, Paris, Maisonneuve & Larose, 1988, p. 55-57 ; Gao Hanyu, Krishna Riboud, Soieries de Chine, Paris, Nathan, 1987.

40 Akane-kai (éd.), Heian-chō fukushoku hyakka jiten, Tokyo, Kōdansha, 1975, p. 80.

41 Akane-kai, op. cit., pp. 80, 428, 831.

42 Verschuer, op. cit., p. 56.

43 Parfois les soies ki figurent dans les textes en tant que terme générique signifiant les soies façonnées orimono, voir Akane-kai, op. cit. p. 80.

44 Gao Hanyu et Krishna Riboud, op. cit., « Catalogue des techniques et des points » à la fin de l’ouvrage.

45 Iroha jiruishō dans : Nakada Norio (éd.), Iroha jiruishō kenkyū narabini sōgō sakuin, Tōkyō, Kazama shobō, 1964, 1987, p. 480 (ashiginu), p. 417 (futoginu).

46 Akane-kai, op. cit., p. 148 (uchiginu). Mais selon Heian jidaishi jiten, p. 442, cette interprétation serait erronée. Le Kogo daijiten, p. 319, est difficile à comprendre sur ce point.

47 Akiyama Ken, Genji monogatari zuten, op. cit., p. 103, et Heian jidaishi jiten, p. 442.

48 Heian jidaishi jiten, p. 443. L’interprétation du Kogo daijiten, p. 319, qui comprend ce terme comme un ensemble de vêtements superposés laissant apparaître les couleurs en dégradé semble inadéquate.

49 Ritsuryō, op. cit., p. 351-358, section « Ifukuryō » (Règlement sur le costume).

50 Seiji yōryaku, chap. 67, coll. Shintei zōho kokushi taikei, pp. 539-570. Ces décrets citent les précédents chinois tōrei jusqu’en 1001, pp. 548, 550.

51 Unno Yasuo (éd.), Imakagami zenshaku, Tōkyō, Fukutake shoten, 1983, vol. 2, chap. 8 (Hana no aruji), pp. 312-314. Les emon no zōshiki avaient vraisemblablement la tâche d’aider l’empereur à mettre le costume, tandis que les « fonctionnaires du costume » shōzokushi 装束司, connus depuis le xe siècle, étaient chargés du protocole du costume lors des célébrations à la cour ; voir les notices « Emondō » 衣紋道 et « Shōzokushi » 装束司 du Kokushi daijiten, tome 2, p. 374, et tome 7, p. 555.

52 Ryōjin hishō, Tōkyō, Iwanami shoten, coll. « Iwanami bunko », 1994, p. 67 (no 368).

53 Ce sont des fanons de baleine selon Unno, op. cit., pp. 313, 314, ou des fibres de bambou selon d’autres auteurs.

54 Taikai hishō, coll. « Gunsho ruijū », tome 8, pp. 14, 15 ; cité par Suzuki Keizō, « Kowa shōzoku », dans le Kokushi daijiten, tome 6, p. 69. Nous avons traduit nashi o uchite なしをうちて comme uchinashi 打梨 qui serait une contraction de uchi (lustrer) et nayashi (mou), selon le Kokushi daijiten, ou qui signifierait uchinashi 打ち成し (faire lustrer), selon Tsuda Daisuke (communication personnelle), nashi étant un caractère pris uniquement pour sa valeur phonétique, ateji.

55 Jinnō shōtōki, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 87, p. 144, section « Dai shichijūshi dai » (Le 74e règne).

56 Ama no mokuzu, texte reproduit dans le Kojiruien, Tokyo, Yoshikawa kōbunkan, 1997, vol. « Fukushokubu », p. 219.

57 Makura no sōshi, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 19, p. 301 (n° 82).

58 Masasuke shōzokushō et Kazarishō, coll. « Gunsho ruijū », tome 8, « Shōzokubu » pp. 112 et 114, p. 44, 45, 47, 127, 129, 137, 138.

59 Shin.ya mondō, texte reproduit dans Kojiruien, op. cit., p. 223.

60 Wakun no shiori (Zen-hen 4, ji), texte dans Kojiruien, op. cit., p. 223. Fujiwara no Nagakane (1161- ?) a écrit dans son journal Nagakane-kyō ki en 1208 : « Jadis on portait des vêtements "lissés souples" uchinashi, aujourd’hui on met des costumes de type "écorce d’arbre" joboku » (Kojiruien, op. cit., p. 223). Il faut toutefois considérer que le joboku dont parle le Wakun no shiori est un style bien défini mis en place au Moyen Âge et que ce mot n’était encore qu’un terme générique au xiiie siècle ; Tsuda Daisuke, communication personnelle.

61 Teijō zakki 5, chap. Shōzoku, texte dans Kojiruien, op. cit., p. 389.

62 Selon Tsuda Daisuke (communication personnelle), l’empesage fort itabiki apparaît dans les textes à partir du Sanjō-ke shōzokushō de Sanjō Kintada (1324-1383) ; dans coll. « Gunsho ruijū », tome 8, p. 260, 262.

63 « Gunsho ruijū », tome 8, p. 127.

64 Voir les mots harimono et uchimono dans les dictionnaires Kogo daijiten, Nihon kokugo daijiten et Akane-kai, Heian-chō fukushoku hyakka jiten, op. cit. Toutefois, d’un côté, ces dictionnaires parlent de « colle », nori, concernant le lissage et le lustrage ; de l’autre, ils datent le début de l’empesage itabiki au moyen de colle nori d’une époque postérieure (non déterminée).

65 Utsuho monogatari, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 10, p. 342, chap. Fukiage jō.

66 Engishiki, coll. « Shintei zōho kokushi taikei », p. 405-406, chap. Nuidono-ryō, et p. 786 (une table à repasser onzo o nosu shō 熨御衣粧).

67 Engishiki, op. cit., p. 388 (Zushoryō), 436 (Onmyōryō) ; Kobayashi Yukio, Zoku kodai no gijutsu, Tōkyō, Hanawa shobō, 1983, pp. 98-99.

68 Iroha jiruishō, op. cit., p. 329, lettre i, section Zatsubutsu.

69 Eiga monogatari, op. cit., tome 76, p. 51 (chap. 16, Moto no shizuku).

70 Ikeda Shinobu, Nihon kaiga no josei zō, Tōkyō, Chikuma shobō, 1998, p. 43-60. Depuis les analyses faites par Akiyama Terukazu, on attribue les peintures du Rouleau enluminé du Genji à six ateliers différents qui se distinguent par le tracé (aux lignes plus ou moins courbes) et le style de la figuration ; voir Mitani Kuniaki et Mitamura Masako, Genji monogatari emaki no nazo o yomitoku, Kadokawa shoten, 1998, p. 70-82. Ces auteurs montrent que le ministre Minamoto no Arihito était impliqué dans le projet de peinture du Genji dès 1119, l’année où un ordre à cet effet a été donné par Shirakawa-in.

71 Voir les dates des rouleaux de peintures dans Joan Piggott et al., Dictionnaire des sources du Japon classique, op. cit.

72 Coll. « Nihon no emaki », tome 1, pp. 17, 19. Ces deux peintures appartiennent à un seul et même atelier, voir ci-dessus. On peut même émettre l’hypothèse que le ministre Minamoto no Arihito ait pris soin de faire peindre le héros du roman dans le style d’habillement qu’il avait lui-même introduit à la cour impériale.

73 Coll. « Nihon no emaki », tome 9, pp. 40, 46.

74 Shōzoku shūsei, coll. « Kaitei zōho kojitsu sōsho » 24, pp. 440-441.

75 Voir une discussion sur ce point dans Piponnier et Mane, op. cit., pp. 9-13.

76 On voit des bonnets rembourrés et moux dans l’iconographie du xie siècle : a) Les graffitis du Byōdōin à Uji ; cf. Akiyama Terukazu, « Hōōdō tōmen kitagawasen rakugaki, jinbutsuzō », Genshoku Nihon no bijutsu, t. 8, Emakimono, Shōkakukan, 1968, p. 179 ; et b) La vie illustrée de Shōtoku taishi, provenant du pavillon aux Images du Hōryūji (coll. Musée national de Tokyo) Hōryūji eden no Shōtoku taishi den shōji-e ; cf. Akiyama, op.cit., pp. 169-172 et Planches 33-41.

77 Genji monogatari, chap. Hatsune, coll. « Shinpen Nihon koten bungaku zenshū », tome 22, p. 153-154. En revanche, le commentaire du même passage dans la coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 15, p. 385, n’évoque pas d’empesage. Pour l’interprétation de kaineri, voir Heian jidaishi jiten, op.cit., p. 442.

78 Genji monogatari, chap. Hatsune (ibid) et chap. Hashihime, coll. « Shinpen Nihon koten bungaku zenshū », tome 24, pp. 140, 141.

79 Genji monogatari, coll. « Nihon koten bungaku taikei », tome 17, p. 315 (chap. Hashihime), et tome 14, p. 89 (chap. Hahakigi).

80 Voir les mots harimono, hari-bakama, uchinashi, joboku, fukusa-hari, uchiginu, nae sōzoku, kowa sōzoku, dans Kokushi daijiten, Nihon kokugo daijiten, Kogo daijiten, Heian jidaishi jiten et Heian-chō fukushoku hyakka jiten. Dans certaines notices, ces dictionnaires adoptent pour haru, harimono et hariginu le sens moderne tout en se référant aux textes anciens. Par ailleurs, le Nihon kokugo daijiten et le Kogo daijiten illustrent le costume souple nae sōzoku par le dessin du grand costume de cour rigide avec des rembourrages aux épaules et aux hanches du Ban dainagon emaki.

81 Sairyūshō, coll. « Genji monogatari kochū shūsei » 7, Tōkyō, Ōfūsha, 1980, p. 30 (chap. Hahakigi). Le Sairyūshō diffère des opinions émises dans d’autres commentaires médiévaux qui attribuent le bruissement au frottement de vêtements faits d’étoffes de soie grège (suzushi), à la texture grossière (Tsuda Daisuke, communication personnelle).

82 C’est le cas de la traduction d’épis de « riz » au lieu d’épis de « céréales » pour le mot ho 穂 dans le mythe de la descente divine du Nihon shoki, cf. Ch. von Verschuer, « L’épi de riz du jardin céleste : deux lectures d’un même texte », in Kyburz et al. (éd.), Éloge des sources : reflets du Japon ancien et moderne, Arles, Philippe Picquier, 2004, pp. 17-42.

83 Ama no mokuzu, texte dans Kojiruien, p. 219 (inattention, inconscience fukaku 不覚).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sokutai 束帯 : grand costume de cour
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Hanpi 半臂 : tunique à basque
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Shitagasane 下襲 : tunique à traîne
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Hitoe 単 : tunique intérieure
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Kanmuri /kōburi 冠
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Sekitai 石帯 : ceinture
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Gyotai 魚袋 : étui à décor de poisson
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Sashinuki 指貫 : pantalon bouffant
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Shitabakama 下袴 : pantalon intérieur
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Ikan 衣 : costume semi formel allégé
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Kanmuri-nōshi 冠直衣 : habit informel assorti de la coiffe formelle
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Akome 衵 : veste de dessous
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Kariginu 狩衣 : habit de chasse
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Nyōbō no sōzoku 女房装束 : costume formel féminin d’après le Satake-bon Sanjūrokkasen-e (début du xiiie siècle)
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Karaginu 唐衣 / 背子 : veste (courte) – Devant et derrière
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Mo 裳 : traîne
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Uwagi 表着/上着/表衣 : robe de dessus
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Hitoe 単 : tunique intérieure
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Hosonaga 細長 : manteau long
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Hitoebakama 単袴 : tenue « tunique et pantalon »
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Akome 衵 : vestes de dessous
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Kazami 汗衫 : robe de jeune fille
URL http://cipango.revues.org/docannexe/image/1029/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Verschuer Charlotte von, « Le costume de Heian  », Cipango, Hors-série | 2008, 227-270.

Référence électronique

Verschuer Charlotte von, « Le costume de Heian  », Cipango [En ligne], Hors-série | 2008, mis en ligne le 24 février 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://cipango.revues.org/1029 ; DOI : 10.4000/cipango.1029

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  •  
    • Titre :
      Cipango
      Cahiers d’études japonaises
      En bref :
      Revue pluridisciplinaire consacrée à des études en langue française portant sur le Japon
      A multidisciplinary French journal focused on Japanese studies
      Sujets :
      Anthropologie culturelle, Linguistique, Littératures, Histoire de l'Art, Japon
    • Dir. de publication :
      Manuelle Franck
      Éditeur :
      INALCO
      Support :
      Papier et électronique
      EISSN :
      2260-7706
      ISSN imprimé :
      1164-5857
    • Accès :
      Barrière mobile
    • Voir la notice dans le catalogue OpenEdition
  • DOI / Références